Lyon, premières promesses tenues

  • Lyon, premières promesses tenues
    Lyon, premières promesses tenues MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Le baptême de Xavier Garbajosa a été une réussite : son équipe a bien joué, a fait preuve de maîtrise et repart avec une victoire qui aurait pu être bonifiée.

Ça reste une première impression mais elle est belle : samedi, le Lou a réalisé une entame convaincante en terres hostiles, pour les grands débuts de Xavier Garbajosa sur son banc. Un démarrage à la hauteur des attentes et des promesses nées de l’intersaison : « On s’était promis entre guillemets de bien débuter la saison, évoque le manager. Je savais que les gars étaient prêts. »
Dominateurs physiquement, en place offensivement, les tenants du titre de la Challenge Cup ont été fidèles à leur identité : « L’ADN de cette équipe n’a pas changé. Avant moi, elle déroulait déjà des séquences comme ça et arrivait à jouer debout. » Le Lou a plutôt bien joué. Plus important encore, il a mieux géré : « Trop de fois la saison dernière, les joueurs avaient le match en mains et l’avaient laissé filer, rappelle le technicien. À la fin, il avait manqué des points pour se qualifier. On s’est fait peur quelques fois. Je ne voulais surtout pas que l’on perde la confiance : on avait la possession, on arrivait à faire de belles choses… Mais on n’arrivait pas à prendre le large, à se mettre à l’abri. À la mi-temps, j’ai senti le doute de ces matchs que l’on domine mais qui vous échappe. Il fallait aller dans leur sens : le match, vous l’avez en mains, vous allez le gagner. C’est peut-être là où il y a une forme d’évolution : les gars n’ont pas paniqué ils ont mis la main sur le ballon, fait des choses pragmatiques, de la dépossession. »

Des recrues déjà à l’attaque

Dans cette démonstration de force et de relative sérénité, les nouveaux venus ont tenu une part prépondérante. Individuellement aussi, les recrues ont tenu leurs promesses : Arno Botha, aligné en 8 à la place de Jordan Taufua, a été épatant d’activité et de puissance, Kyle Godwin a déjà fait étalage de sa palette technique et tactique au cœur du jeu, Paulo Tafili a tenu la baraque à droite en l’absence de Bamba et Gomez Kodela quand Maxime Gouzou et Joshua Maraku ont été en vue dans leur rôle de finisseurs.
Ce Lou, même amoindri par des forfaits en cascade, possède un attirail redoutable. Pour avoir payé un lourd tribut à l’irrégularité par le passé, les « anciens » refusent de se projeter trop loin, trop haut : « On ne va pas s’enflammer, tempère Romain Taofifenua. On reçoit le champion d’Europe dans une semaine et nous avons du boulot d’ici là : il y a eu de mauvais choix en touche, on n’a pas rendu la vie facile à nos demis de mêlée dans les rucks... » La marge de progression du Lou est sûrement aussi grande que son potentiel n’est riche. Ça promet pour la suite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?