Reprise du Top 14 - La première de Parra à la loupe

  • Reprise du Top 14 - La première de Parra à la loupe
    Reprise du Top 14 - La première de Parra à la loupe Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour sa première rencontre sous le maillot parisien, Morgan Parra a retrouvé certaines vertus de son long passage en Auvergne tout en s’adaptant à son nouveau club.

Les attributions du calendrier du Top 14 lui avaient réservé ce clin d’œil. Mi-juillet, au moment de révéler les affiches de la première journée, tous les regards ou presque se sont tournés vers la rencontre Stade français-Clermont. Malgré deux équipes qui ont perdu de leur splendeur d’antan, ce premier rendez-vous allait voir débouler Morgan Parra en rose face à son ancien club, où il a passé treize saisons. Un brin chafouin, le demi de mêlée international (71 sélections) évoquait d’ailleurs cette première réception avec un léger regret. « J’aurais préféré qu’on se déplace là-bas pour avoir un peu moins de stress en début de match. Ça restera quand même bizarre ! » Alors ? Au milieu de l’après-midi parisienne, samedi, Jean-Bouin exultait dès l’annonce des compositions lorsque Parra fit son apparition sur l’écran géant. Les supporters parisiens applaudissaient leur nouveau chef d‘orchestre quand ceux de Clermont lui rendaient hommage, des souvenirs plein la tête. Sur le pré, Morgan a fait du Parra.

Le but laissé à Segonds

Avant le coup d’envoi, le Messin de naissance commandait déjà le positionnement de ses coéquipiers. Le nouvel homme fort du Stade français s’attachait également à prendre en main chaque sortie de camp, déchargeant Joris Segonds de cette tâche. Son pied gauche mit plusieurs fois l’arrière-garde clermontoise sous pression.
L’autre grande question de son arrivée était de savoir s’il prendrait le tir au but. Un débat tranché dès la deuxième minute, lorsque Segonds prit le tee pour passer les trois premiers points de la partie. Mais Gonzalo Quesada aurait pu regretter de s’être privé du pied de Morgan Parra. Le numéro 10 parisien a manqué de réussite sur trois tentatives, laissant les Clermontois dans le match.
Dans une première période peu emballante, le demi de mêlée néo-parisien a dû se contenter de distribuer les ballons en sortie de ruck, en continuant de haranguer ses coéquipiers. Mais à la 25e minute, Morgan Parra crut donner à Stéphane Ahmed son premier essai sur un deux contre un. Finalement poussé en touche à quelques centimètres de la ligne, l’ailier n’a pas profité de l’offrande.

L’inquiétude de la 50ème

Fort de plus de trois cents matchs en Top 14, Parra ne s’est également pas privé d’influencer Vivien Praderie, l’arbitre de la rencontre. Si Paul Gabrillagues était bien le capitaine du Stade français, l’ancien Clermontois ne s’est jamais privé d’aller faire valoir sa vision du jeu à l’homme au sifflet. Mais à la 50e minute, il se tordait de douleur. Pris par un crochet de Raka, « la ronce » voyait son coéquipier Harry Glover tomber sur son genou. Gisant de longues minutes au sol, il est finalement revenu sur le pré pour continuer de distribuer les ballons, malgré l’intense pression mise par Clermont. Toujours teigneux à trente-trois ans, il a même bataillé avec Sébastien Bézy sur une mêlée. Finalement pénalisé sur cette action, le numéro 9 est revenu dans son camp avant de sortir du terrain à la 68e minute, sous les ovations de Jean-Bouin. Une première sobre et efficace.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Par Clément LABONNE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?