Retour vers le futur pour l'ASM Clermont

  • Anthony Belleau a délivré une passe décisive pour l’essai de Samuel Ezeala.
    Anthony Belleau a délivré une passe décisive pour l’essai de Samuel Ezeala. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

À Paris, l’ASM n’a pas chassé ses démons de l’année passée. Inconstance, manque de consistance et opportunités gâchées sont venus noircir le tableau.

Le regard perçant d’Arthur Iturria en disait long. Sorti du vestiaire pour s’asseoir en conférence de presse, le flanker clermontois a contenu une colère froide. « On n’a pas été assez tueurs. Au-delà de la dernière action, c’est bien d’avoir des touches, des mêlées… Mais il faut tout revoir et être plus performants. On a été un peu apathiques en première période, on ne les a pas inquiétés. Le staff nous l’a bien fait comprendre », analysait à chaud le Basque. La prestation inaugurale des Auvergnats a ressemblé, de bout en bout, à une copie de la saison passée. Vite menés de douze points dans le second acte, les Clermontois sont revenus à la force de leur nouvelle première ligne (Falgoux, Beheregaray, Slimani), glanant quatre pénalités, un carton jaune, et un essai en un quart d’heure. Malgré cela, Arthur Iturria n’arrivait pas à se satisfaire du retour éclair de la conquête. « Je pense qu’on peut bien mieux faire devant. On ne s’est pas déplacés comme on le voulait, on n’a pas gagné nos collisions, même si en seconde période on est revenus. On a eu nos ballons facilement en touche parce qu’ils ont eu un carton jaune, donc il faut rester très humble. »

Une attaque à régler

Clermont a eu les opportunités. Les protégés de Jono Gibbes ont même eu plus de ballons (54 % de possession) et moins de pénalités (douze contre quinze) que leurs hôtes. Mais à l’image de la saison dernière, l’ASM n’a pas su trouver de liant entre son pack et les trois-quarts. Sans l’étoile Penaud et le tank Moala, le jeu clermontois ne s’est jamais vraiment enclenché. Les recrues Simone et Newsome ont pourtant fait parler leur vitesse à plusieurs reprises, en vain. Doté d’une nouvelle charnière, Clermont doit vite se roder, comme le souligne Anthony Belleau. « On est tombé sur une équipe très agressive en défense. En première période, on n’a pas déployé notre jeu aussi parce que chaque zone de ruck était contestée, on était dans cet entre-deux où on ne savait pas choisir entre restreindre le jeu et lâcher les chevaux. Il faut être conscient qu’il y a une différence entre les entraînements et les matchs », soulignait l’ancien toulonnais, auteur de sa première passe décisive sur l’essai d’Ezeala. Mais les Clermontois ont été trop inconstants pour revenir de Paris avec quatre points.

« Des erreurs bêtes »

La saison dernière, l’ASM ne s’est imposée qu’une fois à l’extérieur. Sur douze rencontres loin des volcans, les mêmes erreurs revenaient faire grincer les dents de Jono Gibbes. Ce samedi, l’entraîneur clermontois évoquait « un manque de concentration qui a coûté six points en fin de rencontre. Nous avons été plus en réaction qu’en action et c’est difficile de l’accepter ». Le millier de supporters jaune et bleu venu dans la capitale a dû s’inquiéter de revoir « des erreurs bêtes » rejaillir à l’aube de cette saison. « J’ai en tête trois touches qui auraient pu nous faire totalement basculer. Quand on revient à 18-18 on se dit qu’on prend l’ascendant, mais on revient directement dans nos vingt-deux mètres en subissant. Il va falloir cultiver ce côté tueur et jouer plus dur », appuyait Iturria. À Clermont de ne plus être innocent.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément Labonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?