Bourgoin - Léandre Cotte : « Il n’y aura rien de facile »

  • Léandre Cotte est les Berjalliens ont réussi leur première journée en s'imposant à Hyères.
    Léandre Cotte est les Berjalliens ont réussi leur première journée en s'imposant à Hyères. - Hervé Costes
Publié le

Le deuxième ligne berjallien est revenu sur le succès des siens sur la pelouse de Hyères-Carqueiranne. Une victoire 30-22 qui lance parfaitement le CSBJ dans cette nouvelle saison de Nationale.

Votre équipe a débuté par une victoire à l’extérieur. Vous êtes un capitaine heureux ?

Oui. Je n’aime pas parler de l’année dernière, mais c’est un match que nous aurions alors pu largement perdre… En première mi-temps, je pense que nous nous sommes mis beaucoup de pression face à une équipe agressive, bien dans son jeu. Sans dévaluer la prestation de notre adversaire, nous nous sommes aussi tiré une balle dans le pied…

Avez-vous eu peur de voir resurgir les fantômes de la saison dernière ?

Non. Je pense que l’équipe arrive bien à switcher. Cela arrive d’avoir des coups de moins bien, physiquement ou mentalement. Mais nous devons arriver à garder la tête froide, repartir de l’avant. L’année dernière, c’est un match que nous aurions pu perdre. Nous aurions pu baisser la tête et ne pas avoir les leviers pour inverser la tendance. Nous avons été capables de réagir.

À moins huit à la mi-temps, qu’avez-vous dit dans le vestiaire ?

J’ai dit aux mecs qu’on avait joué deux fois Bourg-en-Bresse en amical, dans le rôle de l’outsider. Nous nous étions mis beaucoup de pression positive pour gagner deux fois. Hier, c’était l’inverse. Nous étions un peu favoris face à une équipe promue de Fédérale 1. Nous avons joué un peu comme des sénateurs, en pensant que cela se passerait facilement. Il y avait de bons joueurs en face, et nous nous sommes heurtés à une bonne défense. Et nous avons déjoué, nous sommes sortis du cadre… En deuxième période, nous construisons mieux le match. Nous sommes moins pénalisés après la pause et remontons au score petit à petit. Et nous parvenons à marquer un essai à la fin et à priver notre adversaire du bonus défensif.

Votre début de saison est à l’opposé de celui réalisé il y a un an, où vous aviez décroché votre première victoire le 17 octobre lors de la sixième journée…

Oui. Mais tout n’est pas parfait. Nous sommes conscients du travail à fournir! Mais nous avons une base, nous montrons du caractère. C’est de bon augure pour la suite. À la fin du match, beaucoup de mecs sont venus me voir pour s’excuser de ne pas avoir pu faire telle ou telle chose sur le terrain. Il y a des compétiteurs dans l’équipe. Ça va nous tirer vers le haut pour la suite.

Quels sont les axes d’amélioration ?

(Sourire). Pour ne rien vous cacher, il y a très peu de choses à garder ! Nous avons très peu mis en place notre système de jeu. Nous voulions conserver le ballon et imposer notre jeu. Nous n’avons pas beaucoup pu le faire. En revanche, l’équipe a fait preuve d’un beau caractère. Sur la fin, nous avons réussi à aller souvent chez eux, à provoquer des fautes, à marquer des points, pour gagner le match sans trop nous affoler. Nous n’avons pas forcément beaucoup de choses à retravailler, mais nous n’avons pas pu mettre en place ce que l’on voulait.

Vous avez vingt-cinq matchs pour le faire…

Nous n’en sommes qu’au début. Il faut construire notre saison sans brûler d’étapes. Il n’y aura rien de facile. Des équipes viendront sûrement se casser les dents à Hyères.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?