Gros, le discret récompensé

  • Le numéro 1 du RCT, Jean-Baptiste Gros, se voit décerner l’Oscar Espoir du rugby Français par Emmanuel Massicard.
    Le numéro 1 du RCT, Jean-Baptiste Gros, se voit décerner l’Oscar Espoir du rugby Français par Emmanuel Massicard. Midi Olympique. - Midi Olympique.
Publié le

Après avoir récompensé gabin villière, élu oscar d’or du Midi Olympique, Jean-Baptiste Gros, vainqueur du grand chelem, s’est vu remettre l’oscar espoir du Midi Olympique.

I l est de ses piliers à l’ancienne, ceux qui ne veulent se montrer que sur le terrain, en short et maillot. Alors, au moment d’être mis à l’honneur, Jean-Baptiste Gros, fier de cette attention, a eu le vertige au moment de monter sur scène devant plus de deux mille spectateurs. Bien élevé, respectueux, il a salué son auditoire, remercié les personnes lui remettant cette distinction individuelle, avant de s’éclipser derrière Gabin Villière, bien plus à l’aise pour faire le spectacle. Timide devant les micros et caméras, « Jibé » est un homme fort du vestiaire toulonnais. De Val-de-Provence, où il a touché son premier ballon ovale pour tenter de s’évader de relations pas toujours idylliques avec son premier cercle familial, à Toulon, qui lui a offert une deuxième famille chez les Carbonel, l’Arlésien a franchi tous les paliers pour atteindre le Graal : le XV de France. Vingt et une sélections plus tard, il a levé son premier titre chez les grands avec l’obtention du 6 Nations saupoudré d’un grand chelem, après avoir été couronné plus jeune chez les Bleuets (double champion du monde moins de 20 ans) et au RCT (en crabos et espoir) : « C’est un mec qui se donne à fond au quotidien, à tous les entraînements pour progresser et apporter à l’équipe. Il fait partie de ces mecs qui ne sont pas au premier plan, mais qui sont très importants pour le groupe », a salué Gabin Villière, partenaire de bataille en Bleu et en Rouge et Noir.

 

« C'est un joueur énorme »

Au-delà de ce premier titre, le pillard a également claqué son premier essai en Top 14, l’an dernier. Face à Clermont, une semaine après le grand chelem, il avait foncé dans l’enbut à côté d’Eben Etzebeth. « C’est plaisant, je ne vais pas vous le cacher (sourire) », avait commenté l’intéressé, yeux ébahis, pudeur constante. Heureusement, il y a ses entraîneurs dont Franck Azéma pour parler des qualités et de la personnalité du pilier gauche passé par Chateaurenard et Provence Rugby dans son adolescence : « Il n’a pas besoin de parler pour être un leader. On le voit dans son activité, dans la chasse, dans le fait de se relever très vite et se remettre en position, se rendre disponible pour porter le ballon et défendre. C’est un joueur énorme. J’aime bien son caractère, sa façon de se comporter dans le groupe, il est capable d’être un leader dans l’intimité avec ses potes. Il prend de la place dans le vestiaire même s’il ne parle pas beaucoup. Il faut le faire grossir un peu dans ce domaine. Il doit y croire aussi. » Le message est passé.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?