Nationale - Des favoris se dessinent et les promus s’accrochent…

  • Le RC Narbonnais a remporté son premier match grâce à sa défense. À l’image, Steffon Armitage muselé par des Narbonnais agressifs.
    Le RC Narbonnais a remporté son premier match grâce à sa défense. À l’image, Steffon Armitage muselé par des Narbonnais agressifs. Philippe Leblanc - Philippe Leblanc
Publié le

Ce championnat s’annonce plus serré que jamais car si Narbonne, Valence-Romans ou encore Bourgoin ont assuré, les promus, eux, auront leur mot à dire au vu de cette première sortie.

Narbonne, Valence-Romans, Bourgoin-Jallieu, Dax… Tous ces noms fleurent bon l’étage supérieur, fréquenté ceci dit dans un passé plus ou moins récent selon le club concerné. S’il est bien sûr trop tôt pour évoquer un éventuel « carré magique », inversement, on peut dire qu’en cette période de rentrée, Audois, Drômois, Nord-Isérois et Chalossais ont frappé un grand coup à la porte de leurs classes respectives ! Nice, dont nul n’a oublié la défaite au profit des Septimaniens lors de la mémorable demi-finale du printemps 2021, a peut-être trouvé sa « bête noire » comme c’était le cas du grand Stade Toulousain (mais si !) dans les années quatre-vingt. Cognac/Saint-Jean-d’Angély, qui s’était arrimé in extremis à la ligne de flottaison au grand dam d’Aubenas lors de la dernière journée, est retombé dans ses travers même si Valence-Romans est tout, tout, sauf le premier venu.

De son côté, le CS Bourgoin-Jallieu a lancé sa saison sous forme de performance majuscule. S’imposer sur le littoral en privant un hôte varois pourtant fort bien « outillé » au niveau du cinq de devant (entre autres) du bonus défensif (+ 8) , il fallait le faire.

Les promus limitent la casse

Une fois encore, on comprend à quel point il est important pour un promu d’essuyer les plâtres hors de ses bases. Rien de pire qu’un calendrier mal agencé en ce sens qu’il amène ledit nouveau venu à évoluer à domicile. Un Rennais averti a beau en valoir au moins deux, rien n’y a fait, avant-hier. Suresnes, toujours très enclin à appliquer un schéma de jeu résolument tourné vers l’offensive, a piégé les Bretons. Lesquels, comme les coalisés de Hyères et de Carqueiranne, ne sont évidemment pas encore dans le dur. Ce serait là aussi prématuré de l’affirmer. Néanmoins, voilà un premier débours qui fait bien l’affaire des autres candidats au maintien. On pense à Blagnac, qui prend une très importante revanche (et pas seulement sur le plan comptable) aux dépens du proche voisin tarnais.

De même, Tarbes, de par l’obtention du bonus défensif, a fait bonne impression au pied du Granier. D’autant que les Chambériens, s’ils veulent voir le scénario de l’exercice 2021-22 trouver son remake, n’auront guère le droit à l’erreur sur leurs terres savoyardes. Gardons pour la bonne bouche le cas de Dax. Trop irréguliers l’an passé et plus encore trop lents lors de la mise en route, les Landais des bords de l’Adour ont manifestement tiré les enseignements des premiers rendez-vous estivaux manqués. Pas d’inquiétude pour autant du côté de Bourg-en-Bresse. Tout comme Albi, tout comme n’importe quel favori ou présumé tel, les Burgiens ont largement le temps de monter en puissance. La réception de l’un des membres du précédent Top 6 (Chambéry avait baissé pavillon à Albi lors du fatidique barrage) leur permettra de passer au révélateur. On en est d’ores et déjà tout ébloui !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Philippe Alary
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?