A Massy, la logique de progression

  • Massy s'est incliné face à Oyonnax lors de la deuxième journée de Pro D2.
    Massy s'est incliné face à Oyonnax lors de la deuxième journée de Pro D2. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dernier du championnat, amputé par les absences de quatorze joueurs, Massy cherche son poul en rectifiant ses erreurs. 

Le championnat a démarré à peine, mais en apparence, la situation de l’effectif francilien ressemble à celle constatée ordinairement à la fin du marathon du Pro D2. Quatorze absents sont donc comptabilisés en ce moment à l’infirmerie massicoise. Ce chiffre est énorme après seulement deux sorties officielles, et pour le promu qui cherche son souffle dans sa nouvelle division, ces absences sont assez limitantes. Les entraînements sont moins fréquentés, la concurrence est moins soutenue, et il a fallu jeter ensemble dans le grand bain à Oyonnax, deux talonneurs qui n’ont toujours pas 20 ans. Le local Jason Rodriguez, pour sa première titularisation en Pro D2, et Mamadou Meïté, à peine prêté par le Stade français, y ont fait très bonne figure.

Loubière en 8

Mais les présences conjuguées de ces deux grands espoirs inexpérimentés, ont symbolisé la débrouille dans laquelle se trouve actuellement le staff massicois. Ce soir, pour accueillir Nevers, c’est le flanker Alexandre Loubière qui sera placé dans le couloir en troisième ligne centre, lui qui n’a jamais joué à ce poste à Massy depuis son arrivée la saison dernière en Nationale. Dylan Lam, le préposé lors des deux premières sorties, s’est blessé à l’épaule. Yohan Gbizie revient à peine, et Abongile Nonkontwana souffre encore un peu des adducteurs.

Au poste de pilier gauche, le jeune Alexandre Candel (20 ans) fera sa première apparition en seniors, puisque le Géorgien Ushangi Tcheishvili s’est blessé à sa première titularisation. «Il est certain que cela fait beaucoup de blessés, et que la situation est frustrante. On aimerait profiter de tout notre effectif. Mais les deux équipes alignées lors des deux premiers week-ends étaient très compétitives. Celle de ce soir aussi. Ces absences ne font pas une excuse à nos comportements encore trop naïfs, estime le responsable de la mêlée Benoit Denoyelle, au souvenir de cet essai casquette encaissé sur une touche rapidement jouée par les Oyonnaxiens. Nous devons répondre aux exigences de la division. Nos petites erreurs ne nous nuisaient pas trop la saison dernière. Un manque d’investissement se voyait moins. Cette saison, tout se paye très cher. Nous l’apprenons. Et ce qui est bien d’une certaine manière, c’est que l’apprentissage se réalise vraiment. À Oyonnax, nous avons corrigé ce qui n’avait pas été concluant contre Rouen. Dans l’état d’esprit, nous avons répondu présents. En mêlée fermée, nous avons pris dix de nos onze introductions. Il faut conserver cette logique de progression. Notre démarrage est difficile, mais il n’y a pas le feu. Nevers, ce n’est pas une étape capitale. Bien sûr, il faut vite se récompenser de tous les efforts fournis depuis la reprise. Bien sûr, il va falloir commencer à prendre des points. Mais nous devons surtout conserver notre solidarité, continuer à progresser tous ensemble, et bien sûr, montrer que le voyage à Massy n’est pas une partie de plaisir.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?