Clermont : Beheregaray et les fleurs du maul

  • Yohan Beheregaray (Clermont).
    Yohan Beheregaray (Clermont). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le plus béarnais des auvergnats a renoué à paris avec ses bonnes habitudes de la saison dernière, en inscrivant son premier essai de la saison. un atout de poids pour les siens...

Il avait terminé le précédent exercice avec une demi-douzaine d’essais à son compteur personnel. Force est ainsi de constater que Yohan Beheregaray ne semble pas avoir perdu sa bonne habitude, inscrivant la semaine dernière à Jean-Bouin son premier essai de la saison au volant d’un maul. "Marquer sur ballon porté, ça a un côté anecdotique parce qu’on sait très bien ce qu’on doit aux autres, mais on y prend quand même goût, souriait dans la semaine le talonneur auvergnat. On travaille beaucoup ce secteur depuis deux ans, car les ballons portés sont une rampe de lancement formidable. Cette phase de jeu est de celles qui marquent un adversaire, que ce soit physiquement ou psychologiquement. Et quand on la maîtrise suffisamment, elle peut soit permettre de marquer directement, soit de récupérer une pénalité, soit de concentrer la défense et d’ouvrir des espaces aux trois-quarts. Lorsque tu es performant sur tes ballons portés, tu as toujours une solution." Une philosophie commencée par Jono Gibbes et prolongée cette saison par Julien Ledevedec, pour laquelle les Clermontois misent sur un gros travail en amont. "Lorsque le championnat est lancé, on consacre une demi-heure par semaine aux mauls, pas plus… On le doit au très gros travail réalisé pendant l’intersaison. Chacun connaît très précisément son rôle, et c’est énormément de temps de gagné pour les semaines de match ou l’on n’a plus qu’à rentrer dans le détail."

"Marquer, on y prend vite goût"

Un atout majeur pour l’ASM, donc, qui ne sera pas de trop pour se rassurer après avoir attaqué la saison sur de mauvaises bases, en ne ramenant pas le moindre point de Jean-Bouin après des matchs de préparation pourtant convaincants. "Je ne pense pas que nous nous soyons sur nos lauriers, souffle Beheregaray. On a simplement été très décevants, car on s’était promis pas mal de choses avant ce match que nous n’avons pas respectées, notamment au sujet de notre comportement dans les zones de collision. C’est pourquoi nous avons tous très hâte d’être à samedi pour monter notre curseur." D’autant qu’il s’agira, face à Pau, de confirmer au plus vite les belles dispositions entrevues la saison dernière au Michelin, l’ASM ayant terminé meilleure du Top 14 équipe à domicile avec 54 points récupérés sur ses terres. "Forcément, nous avons envie de prolonger cette dynamique et refaire du Michelin une forteresse où toutes les équipes du Top 14 venaient se casser les dents, sourit le plus Béarnais des Auvergnats. Si on veut retrouver le top 6, ce sera de toute façon indispensable." Tout comme il le sera de franchir un cap à l’extérieur, au contraire de la semaine dernière. Mais ceci est un autre combat, qui ne doit pas faire oublier celui de samedi…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?