Racing 92 : Spring de retour au Pays

  • Max Spring (Racing 92).
    Max Spring (Racing 92). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour la première fois de sa carrière, l’arrière du club francilien Max Spring va retrouver son club formateur. Mais pas seulement...

Surtout, ne vous méprenez pas ! Max Spring a beau sonner anglo-saxon, le jeune arrière du Racing 92 est un pur produit de la formation française. Un môme qui a grandi au beau milieu du Pays basque intérieur. Le rugby, il l’a découvert à Nafarroa, ce club qui réunit Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Etienne-de-Baïgorry, deux villages de 1 500 habitants nichés au pied des Pyrénées. Son patronyme, il le doit tout simplement à son paternel (Sean), un Néo-Zélandais venu au Pays basque pour y jouer en Groupe B au début des années 90, pour ne jamais en repartir.

Forcément, à l’aube de cette 2e journée de Top 14, Max Spring sait qu’il va renouer avec ses racines. Pour la première fois depuis qu’il a débarqué dans le grand cirque du rugby professionnel, il va retrouver l’Aviron bayonnais où il a ses attaches. D’abord, parce qu’il en a porté les couleurs de 15 à 18 ans. Ensuite, parce que son petit frère Tom y joue et que ce dernier pourrait bien lui faire face ce samedi sur la pelouse de Jean-Dauger. "On ne sait pas encore s’il va jouer mais je lui envoie des messages tous les jours pour savoir, raconte le nouvel international français. Durant tout l’été, tous nos potes n’ont pas arrêté de nous en parler. Tom pensait que ce serait difficile pour lui en raison de la forte concurrence à laquelle il doit faire face."

Son frangin, jumeau de Sam, a joué ses premières minutes le week-end dernier dans le monde professionnel avec l’Aviron. "Nous avons dix-huit mois d’écart et il joue au même poste que moi, ajoute le Racingman. Du coup, nous échangeons beaucoup. J’essaie de transmettre tous les conseils que je peux recevoir ici au Racing ou en équipe de France, même si je sais qu’à Bayonne les coachs pensent plutôt l’utiliser à l’aile."

"On va assurer une bonne partie de la recette de l’Aviron"

À l’heure où nous écrivons ces lignes, rien n’assure encore la présence de Tom sur la feuille de match. Toutefois, la famille Sping sera en nombre à Jean-Dauger. "Entre ma mère et mon beau-père, mon père, mon frère Sam et tous nos potes, je pense qu’ils seront une petite cinquantaine." Et Max d’ajouter avec une touche d’humour : "Je crois qu’on va assurer une bonne partie de la recette billetterie de l’Aviron de samedi."

Évidemment, pour Max, ces probables retrouvailles suscite de l’excitation. "Je n’ai jamais joué contre lui, ça risque de me faire bizarre et je pense que ma mère va être stressé. D’ailleurs, elle sera pour personne, mais elle sera en ciel et blanc…" Et de conclure : "J’espère vraiment qu’il sera sur la feuille de match. Pour tout dire, j’ai surtout envie de le battre parce que si on venait à perdre je sais que je vais prendre cher par mes frères et mes potes qui sont tous des pros Aviron."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?