Saili, Wade, Lancaster... le Racing sur tous les fronts

  • Francis Saili au moment de se défaire de ses futurs nouveaux coéquipiers Racingmen
    Francis Saili au moment de se défaire de ses futurs nouveaux coéquipiers Racingmen Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Entre l’obligation de renforcer l’effectif au plus vite, la réflexion menée sur la ligne de trois-quarts à l’avenir et la volonté de faire évoluer la gouvernance, le club du 92 est au centre de l’actualité.

Forcément, l’annonce de l’arrêt de carrière en France pour Virimi Vakatawa fut brutale pour tout le monde (voir page 34). Et elle a mis son directeur du rugby Laurent Travers et son président Jacky Lorenzetti dans une situation sportive inconfortable, tant le trois-quarts centre international était un élément majeur de l’effectif francilien.

Surtout, ils ont dû réagir dans l’urgence et ont très vite contacté le président de Biarritz Jean-Baptiste Aldigé pour évoquer la situation de Francis Saili. Le centre all black (31 ans ; 2 sélections), arrivé au BOPB en 2020, avait clairement émis des velléités de départ ces derniers mois. L’Union Bordeaux-Bègles et surtout le Stade français s’étaient montrés intéressés mais aucun accord n’avait été trouvé. En effet, le joueur était sous contrat avec le club basque jusqu’en 2024 et son président réclamait une indemnité estimée à 400 000 € pour le libérer. C’est lui, en personne, qui a révélé mardi que les discussions ont rapidement abouti avec les dirigeants du Racing 92 et que Saili allait s’engager en faveur des Ciel et Blanc. Il remplacera numériquement Vakatawa dans l’effectif.

Un deuxième renfort pour la ligne d’attaque en peu de jours puisque, comme indiqué sur Rugbyrama.fr lundi, l’ailier anglais Christian Wade (31 ans, 1 sélection) va aussi rejoindre le groupe. L’homme aux 99 essais avec les Wasps, qui avait mis un terme à sa carrière de rugbyman en 2018 pour s’engager avec le club de NFL (football américain) des Buffalo Bills, avait émis le souhait de revenir au rugby à XV. Par voie de conséquence, la piste menant à l’international écossais Duhan Van der Merwe (27 ans, 18 sélections) a été enterrée. Le point commun entre Saili et Wade ? Tous deux ne se seraient engagés que pour une saison. Pas un hasard, tant une réflexion est actuellement menée dans les Hauts-de-Seine sur la ligne de trois-quarts.

Habosi en approche, l’hypothèse Tuisova

Finn Russell, Olivier Klemenzack, Louis Dupichot, Ben Volovola et Donovan Taofifenua seront en fin de contrat en juin 2023. Après plusieurs rebondissements, l’ailier fidjien de Mont-de-Marsan Wame Naituvi (26 ans) – considéré comme une bombe de Pro D2 – sera bien Racingman la saison prochaine. Il devrait être accompagné par un autre compatriote au même poste, à savoir Vinaya Habosi (22 ans) qui sort d’un magnifique exercice avec les Fidjian Drua en Super Rugby. Annoncés dans ces colonnes, les contacts avec le club de Jacky Lorenzetti seraient très avancés et sur le point d’aboutir. Dans le même temps, l’intérêt porté au Clermontois Damian Penaud (25 ans ; 34 sélections) – dont l’engagement à Marcel-Michelin arrive à son terme aussi en juin prochain – n’est pas un secret. L’ailier des Bleus a récemment avoué que son avenir était «un peu flou». Et un autre des meilleurs attaquants du Top 14 serait également dans le viseur du Racing 92. Il s’agit de l’international fidjien Josua Tuisova (28 ans ; 16 sélections), qui sera lui aussi en fin de contrat en juin avec Lyon. Capable de jouer à l’aile ou au centre, l’ancien Toulonnais ne devrait pas manquer de sollicitations avant de faire son choix. Selon nos informations, les décideurs de Montpellier suivraient d’ailleurs son cas de très près.

Lancaster, ça avance

Enfin, Jacky Lorenzetti poursuit son travail en ce qui concerne la gouvernance du club. Il n’a ainsi jamais caché sa volonté de «passer la main» et, au crépuscule de la saison 2022-2023, Laurent Travers, aux commandes du projet sportif du Racing 92 depuis neuf ans, devrait prendre du recul sur le terrain et devenir vraisemblablement président du directoire de l’écurie des Hauts-de-Seine. Lorenzetti prenant de son côté la fonction de «président du conseil de surveillance». Dès lors, la question de la succession de l’actuel directeur général du rugby est au centre des préoccupations. Depuis de longues semaines, le nom de l’Anglais Stuart Lancaster revient avec insistance. Ancien sélectionneur du XV de la Rose et considéré comme l’un des techniciens les plus pointus du vieux continent, son travail à la tête du Leinster depuis 2016 (il a remporté la Champions Cup en 2018) est reconnu. Selon nos informations, le dossier a bien avancé ces derniers temps et l’hypothèse de voir Lancaster diriger le staff du Racing lors de la saison à venir a encore pris de l’épaisseur.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
leBison Il y a 21 jours Le 10/09/2022 à 06:20

A n'en pas douter , un, bien bel avenir pour notre RC92 en perspective se profilant . Bravo à eux pour leurs choix toujours aussi judicieux .. Et si naturellement tout cela devait vraiment se réaliser , alors , quelle bien belle machine de guerre pour aller glaner encore bien plus de victoires et devenir un top leader de notre si beau TOP14 .