Willie Du Plessis (Stade montois) : "Notre groupe est plus fort que l’an dernier"

  • Mont-de-Marsan s'est incliné à Béziers lors de la dernière journée de Pro D2.
    Mont-de-Marsan s'est incliné à Béziers lors de la dernière journée de Pro D2. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Willie Du Plessis - Demi d’ouverture du Stade montois

Quelle analyse faites-vous de votre premier déplacement à Béziers ?

Ce n’était pas simple pour nous. Nous n’avons pas vraiment joué notre jeu, c’est un match qui ne nous ressemble pas. Nous avons manqué de précision, et défensivement nous pouvons être beaucoup mieux. Nous avons fait des erreurs, mais sans être capable de rectifier le tir sur l’action suivante.

Pensez-vous qu’après une première victoire avec bonus, il y a eu inconsciemment un petit relâchement ?

Non, parce que nous n’étions pas forcément satisfaits non plus de notre premier match face à Aurillac. Avant Béziers, nous avions fait une très bonne semaine d’entraînement, et nous savions que ce ne serait pas facile. Mais nous n’avons pas fait le match qu’il faut faire pour espérer l’emporter à l’extérieur.

Vous avez été beaucoup pénalisé, alors que l’an dernier vous étiez très disciplinés. Comment l’expliquez-vous ?

Ce n’est pas un problème physique, sur ce plan-là je crois que nous sommes prêts. C’est un problème de concentration individuelle plutôt que la faillite de notre système défensif. Il faut que chacun de nous monte son niveau de concentration et d’agressivité.

Cette fois, vous vous déplacez à Biarritz, un club que vous connaissez bien, à quoi vous attendez-vous ?

Ce sera forcément un match dur face à une équipe qui jouait en Top 14 l’an dernier. C’est l’occasion de trouver encore un peu plus de rythme, de peaufiner notre système de jeu. Mais si nous voulons espérer quelque chose, il faudra retrouver notre discipline.

Votre premier bloc est beaucoup plus difficile que l’an dernier. Quel est l’objectif comptable sur cette série ?

On joue pour gagner tous les matchs, mais si nous pouvons être dans le top 6 au bout de ces cinq journées, ce sera positif. Le bloc suivant semble être un peu plus facile, mais nous savons qu’aucun match n’est simple dans ce championnat. Personne ne peut dire : «Ce match-là, nous sommes certains de le remporter.» Il faut donc rester très humbles et travailler dur.

Quelles seront les clés pour espérer un résultat positif ce soir ?

Pour gagner à Biarritz, le jeu au sol sera primordial, car les Biarrots ont des joueurs très performants dans ce domaine. Il faudra être aussi très bien en place défensivement et tenter de gagner le jeu d’occupation.

Y a-t-il un petit doute après la défaite à Béziers ? Est-ce que vous vous dites que ce sera plus dur que l’an dernier parce que tout le monde veut vous battre ?

Pour l’instant il n’y a pas de doute. Nous avons seulement joué deux journées, et c’est un championnat très long. Nous savons que nous allons être attendus partout, que tous les adversaires vont vouloir battre le leader de l’an dernier. Mais nous savons ce que nous devons faire pour être dans le Top 6, l’expérience de l‘an passé doit nous servir. Il n’y a pas de pression particulière par rapport à notre statut. Et très honnêtement, je pense que le groupe est plus fort, a plus de potentiel que celui de l’an dernier. Il ne faut pas oublier non plus que nous n‘avons fait que quatre semaines de préparation, que nous ne sommes pas partis en stage. Mais je suis certain que dès que nous aurons trouvé notre rythme, nous allons être forts.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?