Oyonnax tire sa référence

  • La puissance des avants oyonnaxiens, à l’image de Filimo Taofifenua, a fait de gros dégâts dans la défense grenobloise. Photo Jean-François Basset
    La puissance des avants oyonnaxiens, à l’image de Filimo Taofifenua, a fait de gros dégâts dans la défense grenobloise. Photo Jean-François Basset
Publié le

Face à de pâles Grenoblois, les Oyomen ont imposé leur jeu, leur organisation et leur puissance pour signer un deuxième succès bonifié.

Malgré le bonus défensif rapporté de Biarritz, malgré le succès bonifié assuré lors de la réception de Massy, Oyonnax restait sur une double frustration, celle de n’avoir su aller au bout de ses actions face aux Basques, celle de n’avoir pu imposer son jeu devant les Franciliens. Tout cela a été balayé jeudi soir, comme l’a été un XV grenoblois totalement dépassé dans l’engagement, dans le combat. Pourtant avec le changement de dernière minute intervenu dans la composition oyonnaxienne après la blessure de Sweetnam à l’échauffement, puis avec la sortie de son remplaçant Justin Bouraux touché sur l’action du premier essai de la partie… inscrit par Grenoble, les planètes semblaient parfaitement alignées pour le FCG. "À ce moment-là je me suis dit que la soirée pourrait être compliquée", avoue Joe El Abd dont les inquiétudes ont vite été chassées "Au cours des deux dernières années, le Covid nous a habitués à nous adapter. Les joueurs ont démontré que cette faculté d’adaptation fait partie de leur registre. J’en suis fier, mais savoir rejeter toute suffisance est aussi un trait des Oyomen. On ne va pas s’enflammer."

Le bilan du duel avec le voisin isérois ne saurait se limiter aux cinq points pris face à une équipe qui venait de faire plier Béziers et Agen. Il s’étend forcément au contenu. "Nous voulions montrer ce que nous valons", synthétise le manager de l’Ain. Jules Soulan se fait plus disert : "Nous avons pris cinq points, tout comme contre Massy, mais c’est de loin notre match le plus abouti. Notre objectif principal était de nous mettre en capacité de jouer nos ballons. Nous l’avons fait en mettant de l’engagement, en bousculant Grenoble sur nos lancements, en profitant de nos ballons portés."

Une démonstration de force

Face à des Isérois dépassés dans le combat, pénalisés par leur manque de maîtrise, Oyonnax a réalisé une démonstration de force, de puissance… mais aussi d’organisation collective quand il a fallu recomposer les lignes arrière, dès les premières minutes de jeu. "Jérémy Gondrand est passé à l’ouverture, un poste auquel il a déjà évolué. J’ai glissé à l’arrière, mais il y a des similitudes avec le rôle de l’ouvreur" minimise le buteur oyonnaxien, non sans reconnaître "on peut considérer que nous avons livré un match référence, tout simplement parce que nous avons joué notre jeu".

Joe El Abd confirme : "Nous voulions nous retrouver dans le combat, c’est un match complet." Il se projette aussi : "Il va falloir récupérer, composer avec les blessures, un gros test nous attend à Mont-de-Marsan."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?