Brive a réalisé le casse de l’année à Perpignan

  • Le numéro huit Abraham Papali’i a amené toute sa puissance derrière le paquet d’avants corréziens. Photo Olivier Got
    Le numéro huit Abraham Papali’i a amené toute sa puissance derrière le paquet d’avants corréziens. Photo Olivier Got
Publié le

Les Corréziens, malgré uin groupe remanié, ont signé une performance retentissante qui doit pour beaucoup à la qualité de leur défense et de leur alignement. Mais pas seulement...

De janvier 2021 à juin 2022, les Brivistes n’avaient pas connu l’ivresse d’une victoire à l’extérieur. Ces dix-huit mois de frustration semblent aujourd’hui très loin. Les troupes de Jeremy Davidson viennent de s’offrir deux plaisirs majuscules loin du Stadium : trois mois après avoir conquis leur maintien sur la pelouse de Parisiens quelque peu démobilisés, ils ont quitté Aimé-Giral avec un succès bonifié face à un concurrent direct, samedi. La joie des visiteurs au coup de sifflet final disait tout de l’importance du résultat. Cette opération comptable rêvée cache une performance historique, le CAB ne s’étant plus imposé en terres catalanes depuis 1971.

Le plan du braquage a été respecté à la lettre avec une stratégie payante en défense et en touche, à un engagement irréprochable, à un réalisme assassin et à une sacrée bonne dose de roublardise. Dans ce contexte plus que dans tout autre, la fin justifie les moyens, se défendaient les intéressés. Le dénouement leur a donné raison. Il a dépassé toutes leurs attentes avec la réalisation du bonus offensif, à la 79e minute, par Enzo Sanga après un modèle de contre-attaque initié par… Pietro Ceccarelli et Mathieu Voisin, sur un ballon égaré. La réussite était dans le camp des Corréziens, samedi : "Souvent, dans le passé, nous avons été dans des situations similaires et ça n’est pas tombé de notre côté, sourit Jeremy Davidson. Cette fois, ça nous a souri."

La jeune garde assume

Une semaine après la défaite bonifiée devant Lyon, vécue comme une grosse désillusion, le CAB a donné le vrai coup d’envoi de sa saison. "J’espère que c’est un déclic. On était tous très déçus d’avoir perdu à la maison pour commencer. On avait à cœur de venir faire une performance ici." Mission accomplie, avec une mention particulière : ce samedi, les Corréziens étaient venus à Aimé-Giral avec un XV de départ et un groupe remaniés, sans Bituniyata, Vanai, Muller, Hirèche, Abadie (Paul), Marais… La jeune garde, incarnée par le pilier gauche Wesley Tapuluelu et par l’étonnant flanker Sasha Gué, a été à la hauteur de la périlleuse mission. Elle prouve, si tant est qu’il le fallait, que Brive possède de sacrées ressources humaines. Cela ne fait que rendre le résultat du jour encore plus remarquable.

Cette performance, aussi notable soit-elle, mérite confirmation : avec la venue de Montpellier, samedi, le CABCL passera de nouveau au révélateur. Ce sera l’occasion, aussi, de briser la spirale de trois revers consécutifs à la maison…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?