Top 14 - Bayonne en fête !

  • Uzair Cassiem et ses coéquipiers ont fêté la victoire avec leurs fidèles supporters venus en nombre pour cette première à Jean-Dauger. Uzair Cassiem et ses coéquipiers ont fêté la victoire avec leurs fidèles supporters venus en nombre pour cette première à Jean-Dauger.
    Uzair Cassiem et ses coéquipiers ont fêté la victoire avec leurs fidèles supporters venus en nombre pour cette première à Jean-Dauger. Midi Olympique - Pablo ORDAS
Publié le

Démarrage réussi. L’Aviron a fait tomber l’un des favoris du championnat pour son premier match à domicile en Top 14. Dans son stade rénové et enfiévré.

L’essentiel, c’est bien sûr une évidence, mais fallait-il l’accomplir face à l’une des plus belles écuries du championnat, est d’avoir démarré à domicile par une victoire. Lancer la saison, comme on dit, d’une telle manière est idéal. Malgré la route qui sera, personne n’en doute, parsemée de chausse-trappes. « Tout le monde en était conscient, se satisfait Eric Artiguste. Souvenez-vous, l’an passé, on avait du mal. Là, on fait un bon match, avec de belles envolées, de beaux essais. C’est top pour le moral. »

Bayonne peut tirer des satisfactions dans le contenu après avoir souffert en comparaison, la semaine dernière à Toulon. Les réglages souhaités ont été, en partie, apportés. Les Bayonnais pouvaient craindre, en premier lieu, les dernières minutes quand le banc adverse faisait son effet. Comme les « tueurs » de Toulon. Face au Racing, c’est l’Aviron qui a imposé le sien. À l’heure de jeu, quand certaines formations sont censées souffrir face à l’effectif adverse, Bayonne a enfoncé le clou. C’est, en gros, à l’heure de jeu, que les Basques ont fait la décision. « On a été constant » confirme l’entraîneur des lignes arrière.

L’autre temps fort aura été cette réaction en deuxième période pour renverser la vapeur. Mené de dix points à la pause, face à une formation d’un tel calibre, l’Aviron était en danger. Et a infligé un 23 à 0 à l’adversaire. « Il y a eu de super réactions, relève Eric Artiguste. C’est à l’intérieur du vestiaire mais il y a des mecs qui ont pris la parole. Le manager a passé le message. On sentait qu’ils iraient chercher quelque chose. Et puis 15 000 personnes dans le stade. Ça te fait pousser des ailes. »

Une bonne conduite du match

Camille Lopez soulignait aussi, avant le match, ces erreurs qui avaient fait mal sur la rade. Elles ne se sont pas reproduites, ou moins. « On n’a pas fait un match de folie en conquête, remarque Thomas Ceyte. Mais dans l’intensité, l’agressivité, ils n’ont pas touché terre pendant 35 minutes en deuxième période. On en voulait plus qu’eux. Il faudra tout de même être plus propre dans les sorties de camp, pas faire la passe de trop. »

En s’appuyant sur la mêlée, sur une défense forte, les Bayonnais ont ainsi réalisé leur rêve de début de saison. Peut-être ne seront-ils plus considérés désormais comme le promu. « C’est important de battre une telle écurie, prévient Eric Artiguste. Je ne dis pas qu’on va marquer les esprits mais on va être un peu plus respecté. Quand tu es promu, on vient chez toi pour gagner. » Discours plus direct chez le deuxième ligne : « Il faut montrer qu’à Bayonne ça cogne. Ce sont des mecs de Pro D2 mais qui vendent chèrement leur peau. 

Dans quinze jours, un UBB en quête de points se présentera à Jean Dauger… Mais déjà, la fête de ce retour dans l’élite, comme Bayonne sait la faire, est réussie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?