Info Midol - Jokers : le casse-tête des piliers droits

  • Info Midol - Le casse-tête des piliers droits
    Info Midol - Le casse-tête des piliers droits Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La semaine passée, le LOU a accueilli Feao Fotuaika, son joker au poste de pilier droit. Le Stade français, Clermont et Bayonne n’ont, eux, pas encore trouvé leur bonheur. Car les candidats sont rares.

Vendredi dernier, le Lou a accueilli un oiseau rare en la personne de Feao Fotuaika (28 ans, 2 sélections). Retardé par des problèmes administratifs, l’international tongien a débarqué comme joker médical de Demba Bamba, opéré en juillet d’une lésion au cartilage du genou gauche et absent six mois. En ayant convaincu l’ancien joueur des Queensland Reds de rejoindre ses rangs, le Lou a réalisé un tour de force. Il n’est pas tant question de la qualité du joueur, qui est tout de même précédé d’une flatteuse réputation, mais de la difficulté à recruter à ce poste à ce moment de la saison.

Au moins trois autres clubs de l’élite sont en recherche intensive d’un numéro 3. Le Stade français, confronté à la longue indisponibilité de Paul Alo-Emile et à l’absence de Vasil Kakovin, est tout particulièrement dans l’urgence. Le club parisien a beau se démener, il n’a pas encore trouvé le renfort attendu. Ses dirigeants ont un temps été en contacts avec le vétéran All Black Owen Franks (34 ans, 108 sélections) mais les deux parties ne sont pas parvenues à un accord. Parmi les pistes encore à l’étude, le club envisage de récupérer Hugo N’Diaye (22 ans), actuellement prêté à Rouen. Reste que l’hypothèse d’un recrutement dans l’hémisphère Sud reste la priorité.

Qui pour remplacer Slimani ?

Deux autres clubs de l’élite poursuivent le même objectif : Bayonne et Clermont. Le club basque cherche un joueur supplémentaire à ce poste depuis de nombreuses semaines alors que l’ASMCA s’est mêlée à la lutte depuis la blessure de Rabah Slimani. Le pilier a été opéré mardi dernier d’une rupture du tendon du biceps gauche et sera éloigné des terrains pendant environ quatre mois. Les dirigeants auvergnats sont confrontés au même souci que leurs homologues parisiens et bayonnais : les spécialistes de bon niveau ne se bousculent pas sur le marché.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?