Aurillac doit œuvrer dans la continuité

  • Après leur victoire face à Soyaux-Angoulême, les Aurillacois, à l’instar de Beka Shvangiradze, devront se focaliser sur l’adversaire du jour, Massy. Ils devront maîtriser leurs fondamentaux et avoir de l’ambition. Photo Icon Sport
    Après leur victoire face à Soyaux-Angoulême, les Aurillacois, à l’instar de Beka Shvangiradze, devront se focaliser sur l’adversaire du jour, Massy. Ils devront maîtriser leurs fondamentaux et avoir de l’ambition. Photo Icon Sport
Publié le

Après une année de disette, le Stade aurillacois a enfin décroché une victoire à l’extérieur. Pour autant, il faudra confirmer face à un Massy sans complexe et joueur.

Comme quoi tout peut changer en un millième de seconde. Voici quinze jours, le Stade aurillacois était dans le doute, à défaut d’être dans le dur, après une (trop) lourde défaite face à Mont-de-Marsan en ouverture du championnat. Depuis, Provence s’est incliné à Jean-Alric, mais surtout les hommes de Roméo Gontineac sont allés chercher une victoire à Chanzy. Si tout n’est pas encore parfait – la touche, l’occupation au pied, trop de ballons tombés, trop de fautes… – Aurillac a eu le mérite, la semaine dernière, de ne pas sombrer après vingt minutes limite cauchemardesque. Heureusement, l’essai d’Elijah Niko a permis de maintenir une lueur d’espoir avant qu’un coup de génie d’Antoine Aucagne n’envoie, trois passes plus tard, Giorgi Gogoladze à dame. Du mieux car quatre points, mais du mieux car la gestion de la seconde période, plutôt insipide, a été plutôt brillante. Pas du grand jeu, mais une sorte de sérénité avec l’idée de ne laisser aucun espoir aux joueurs de Soyaux-Angoulême. "J’ai aimé la réaction des joueurs sur la fin de la première mi-temps et la gestion de la deuxième", confirme Gontineac. De l’orgueil et du caractère plutôt bienvenus, au moment où il le fallait et d’autant plus quand l’adversaire vient de faire tomber Vannes et d’accrocher Nevers !

Dans un match plutôt restrictif, cette victoire et ces quatre points valent très chers… à condition toutefois de valider cette performance par un résultat tout aussi positif à la maison. On l’a vu lors du match amical fin juillet, Massy est une équipe plutôt joueuse et nul doute que Julien Maréchal, ancien deuxième d’Aurillac et aujourd’hui aux commandes du RCME, mettra tout en œuvre pour déstabiliser les Cantaliens.

Retrouver la flamme

La complémentarité et la solidarité affichées dans les Charentes devront être les armes d’un match qui peut propulser les Aurillacois dans un tiers du classement assez confortable. Pour autant, "mefia’t" comme on dit par ici. Si la victoire à Soyaux a fait du bien à tout le monde, "elle est derrière nous, prévient le technicien roumain. Il faut nous focaliser sur l’adversaire du jour qui va jouer tous les ballons et qui maîtrise ses fondamentaux".

Le Stade aurillacois devra avoir l’humilité nécessaire pour se préserver d’une mauvaise surprise, mais les coéquipiers de Didier Tison devront aussi faire preuve d’ambition. L’ambition d’aller glaner quatre points et s’éviter des nœuds au cerveau ; l’ambition "d’envoyer du jeu car nous pouvons le faire" à condition, là aussi, de maîtriser l’essentiel : le ballon. On se répète, mais comment peut-on faire autrement, mais Aurillac ne peut se permettra l’à-peu-près, a besoin d’être discipliné, d’être bien en place, d’avoir la main sur le jeu pour pouvoir entreprendre, occuper l’espace, casser les lignes, élargir… Une base sur laquelle la prise d’initiative doit s’appuyer car elle fait aussi partie de l’ADN du club. Jean-Alric ne demande que cela, s’enflammer à nouveau avec une bande de jeunots téméraires, des anciens pour canaliser et mettre sur les rails ce collectif qui sait bien plus que défendre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?