Grenoble - Rouen : le leader au pied d’une montagne

  • Les Grenoblois de Bautista Ezcurra ne devront pas réaliser la même prestation que la semaine dernière s’ils veulent vaincre le leader dans leur antre. Les Grenoblois de Bautista Ezcurra ne devront pas réaliser la même prestation que la semaine dernière s’ils veulent vaincre le leader dans leur antre.
    Les Grenoblois de Bautista Ezcurra ne devront pas réaliser la même prestation que la semaine dernière s’ils veulent vaincre le leader dans leur antre. Icon Sport. - JACK
Publié le

Si l’affiche entre alpins et normands est un grand classique du championnat de hockey, le fait de voir ces deux équipes batailler pour le haut du classement constitue une nouveauté.

L’idée que ce Grenoble-Rouen oppose le neuvième au leader du Pro D2 relèverait, sur le papier, d’une certaine logique, puisque cette affiche voit le premier budget de la division affronter le douzième. Le hic ? Il est que le leader n’est pas exactement celui auquel on pouvait s’attendre, puisque les Lions venus de Normandie ont remporté leurs trois premiers matchs alors que les Isérois, après deux premières sorties convaincantes, ont été renvoyés à leurs chères études après une déroute à Oyonnax (46-13). Alors, ajoutez à cela que les Rouennais sont venus l’emporter au stade des Alpes la saison dernière (14-15) et vous comprendrez un peu mieux l’état de confiance dans lequel se situent les hommes de Nicolas Godignon, dupes de rien mais bien décidés à surfer le plus longtemps possible sur leur bonne dynamique. "Trois matchs, trois victoires, c’est très bien pour commencer, même si on a eu un peu de chance car Vannes aurait pu gagner sur la sirène vendredi dernier. Le fait de battre Colomiers, que le club n’avait jamais dominé depuis qu’il est en Pro D2, nous a amené de la sérénité. Mais il faut rester mesurés : ce championnat est un marathon, et ce n’est pas parce qu’on est en tête au 3e kilomètre qu’on le sera au 42e. Cela dit, plus on restera au contact des meilleurs, plus on assurera un maintien rapide."

Grenoble veut "démontrer que le match à oyonnax était un accident"

Un objectif qui n’est évidemment pas celui des Grenoblois, bien décidés à retrouver le top 6 cette saison, même s’ils étaient loin d’en afficher un visage de prétendant la semaine dernière. Et si le fort roulement réalisé jeudi dernier par Fabien Gengenbacher pourrait constituer une circonstance atténuante (avec des cadres comme Zhvania, Nixon, Madeira, Blanc-Mappaz, Bautista Ezcurra ou Dupont laissés au repos), les Isérois ne peuvent évidemment pas se réfugier derrière cet argument, bien conscients que leurs ambitions ne pourront être assouvies qui si l’émulation joue à plein toute la saison. " Il y a eu du turnover, certes, mais il y avait finalement très peu de joueurs qui démarraient leur saison, pointait le manager isérois. La vérité, c’est que nous sommes passés à côté et qu‘après quinze bonnes minutes, nous avons sombré dans l’indiscipline. Face à une équipe aussi puissante qu’Oyonnax, ça ne pardonne pas. Il y avait après ce match beaucoup de vexation, de colère, que nous avons évacuée dimanche. J’espère que ceux qui auront la chance de jouer vendredi se montreront à la hauteur du club et du groupe, qui leur a permis de bien bosser cette semaine, car il ne tient qu’à eux de démontrer que le match de jeudi dernier était un accident." Face au leader, l’occasion semble parfaite…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?