Top 14 - À Toulouse, les "bleus" derrière les Bleus

  • Le staff veut insister dans sa logique de gérer le temps de jeu de ses internationaux, dont quatre pointent à l’infirmerie. à Pau, certains jeunes devraient en profiter.
    Le staff veut insister dans sa logique de gérer le temps de jeu de ses internationaux, dont quatre pointent à l’infirmerie. à Pau, certains jeunes devraient en profiter. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le staff veut insister dans sa logique de gérer le temps de jeu de ses internationaux, dont quatre pointent à l’infirmerie. à Pau, certains jeunes devraient en profiter.

Entre les intentions et la réalité, il existe parfois un delta. N’empêche, le décor de la saison fut planté dès cet été par le staff toulousain, lequel avait procédé à une remise en question au terme du précédent exercice. Avant la première journée, le manager Ugo Mola avait émis le souhait de gérer son groupe, notamment sa pléiade d’internationaux en cette année particulière qui débouchera sur la Coupe du monde : « Il est évident qu’une saison à trente ou trente-cinq matchs comme ont pu jouer des Antoine (Dupont), Romain (Ntamack) ou encore des François (Cros) sera préjudiciable pour la réussite de leur Mondial [...] Je ne suis pas un fan de la rotation prévue mais je peux vous dire qu’il y a en une, sur des périodes données, pour qu’on arrive à ménager nos troupes. » Celle-ci est voulue mais aussi forcée avec une infirmerie qui se remplit.

Parmi les Bleus, Baille et Flament sont absents depuis le début de saison. Ntamack et Cros les ont rejoints dimanche. Voilà qui a déjà permis à des éléments prometteurs de se mettre en valeur, dont Maxime Duprat, Joshua Brennan ou Théo Ntamack. Malgré les indisponibilités, le staff ne compte pas dévier de sa feuille de route, renforcé dans sa conviction par les deux victoires inaugurales. Un exemple : le talonneur et capitaine Julien Marchand a été mis au repos toute la semaine et ne devrait pas voir le Béarn.

Les leçons de la saison passée

Même si le peu de solutions en troisième ligne et la blessure de Paul Graou à la mêlée ont accru l’aspect capital du rôle joué par Anthony Jelonch et Antoine Dupont, eux non plus ne devraient pas déroger à la règle et seront vite intégrés dans le « roulement  d’effectif. Une volonté, également, de préparer les échéances où les cadres ne seront pas là. Voilà un enseignement tiré de la saison passée, comme l’indiquait Jean Bouilhou il y a quelques semaines : « On a été un peu frileux pour lancer dans le bain des jeunes joueurs et ainsi faire reposer des cadres. [...] On a eu ce syndrome de se dire qu’on pouvait ne pas se qualifier alors qu’on aurait pu plus se faire confiance. Le diagnostic a été fait : cette année, on mettra beaucoup plus d’émulation dans l’équipe. » Ainsi, les Cramont, Page-Relo ou Mallez pourraient s’inviter dans le groupe samedi, suivant l’exemple d’autres promesses, tel Dimitri Delibes qui, malgré la concurrence, est en train de tirer son épingle du jeu.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?