Top 14 - Au MHR, abondance de colosses ne nuit pas

  • Bien que privés de Bastien Chalureau pendant quatre à six semaines, les Héraultais ne manquent pas d’alternatives au poste de deuxième ligne...
    Bien que privés de Bastien Chalureau pendant quatre à six semaines, les Héraultais ne manquent pas d’alternatives au poste de deuxième ligne... Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Bien que privés de Bastien Chalureau pendant quatre à six semaines, les Héraultais ne manquent pas d’alternatives au poste de deuxième ligne...

c’est ce que l’on appelle une tuile. La semaine dernière, contre Bordeaux-Bègles, Bastien Chalureau s’est blessé dès la première minute de jeu. L’épaule du colosse du MHR a cédé sur un impact face à l’autre deuxième ligne de l’UBB, Jandré Marais. Chalureau a passé des examens complémentaires en début de semaine, dont les résultats ont été plutôt rassurants : il ne s’agit « que » d’une disjonction acromio-claviculaire, que le géant à la chevelure de surfeur australien mettra entre quatre à six semaines à soigner.

Plus de peur que de mal donc, tant cette blessure est courante et connue dans le rugby. Ce qui est dommage, c’est que Bastien Chalureau avait signé une préparation d’avant-saison dans la droite lignée de sa saison dernière et de son excellente finale qui lui valut un titre de champion de France : « Paul Willemse est encore en reprise, il ne va pas disputer le match amical, on verra pour le premier ou le deuxième match de la saison… Mais Chalureau est revenu en grande forme », nous lançait le manager Philippe Saint-André au début du mois d’août, au lendemain de la reprise.

Verhaeghe ou Willemse pour le capitanat

Chalureau a été remplacé au pied levé par un autre colosse : la poutre des Bleus, j’ai nommé Paul Willemse. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le puissant cinq des Cistes a signé un retour remarqué à la compétition : 18 plaquages, deux ballons grattés dans les rucks et plusieurs charges appuyées contre la défense girondine. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le grand Paul est incertain : ressentant une pointe à l’ischio, le staff prendra une décision au dernier moment. S’il est apte, il sera capitaine pour remplacer Yacouba Camara, laissé au repos. Et sinon, c’est un autre géant qui prendra le capitanat : son partenaire Florian Verhaeghe qui avait lui aussi déjà porté le brassard, et dont l’agressivité sera précieuse pour sortir victorieux du piège briviste. Abondance de colosses ne nuit pas…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?