Top 14 - Castres prêt à cogner fort

  • Gaëtan Barlot et les Castrais veulent ramener des points de Chaban-Delmas.
    Gaëtan Barlot et les Castrais veulent ramener des points de Chaban-Delmas. MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Face à l’équipe qui leur résiste le mieux depuis l’avènement de Pierre-Henry Broncan à leur tête, les Castrais savent que l’obtention d’un résultat positif à Chaban-Delmas sera au prix d’un combat de haut niveau.

Les hommes peuvent parfois mentir, pas les chiffres. Depuis la nomination de Pierre-Henry Broncan à la tête du Castres olympique, l’Union Bordeaux-Bègles est la seule équipe du championnat que le club tarnais n’a pas réussi à battre. Tous les cadors du Top 14, qu’ils soient Rochelais, Toulonnais, Racingmen, Parisiens, Toulousains, Lyonnais ou Montpelliérains ont un jour subi la loi du squad mené par le Gersois. Tous sauf les Bordelais, donc ; qui résistent à la statistique et qui ont même failli être les seuls à faire tomber les Castrais dans leur antre de Pierre-Fabre. C’était il y a à peine plus d’un an, et ce jour-là, les Bordelais de Christophe Urios avaient bien failli tuer dans l’œuf la très belle série de matchs sans défaite initiée par le CO sur sa pelouse de Pierre-Fabre. Les hommes de Christophe Urios avaient alors obtenu un match nul dans un match qu’ils avaient globalement dominé et qu’ils auraient pu gagner avec un peu plus de maîtrise.

À peine plus d’un an après ce coup de force des Bordelo-Béglais, le rapport de force ne s’est pas vraiment inversé. Si les Tarnais ont terminé le dernier exercice en finale, l’UBB est sorti de la compétition à peine un étage plus bas, en s’inclinant en demi-finale face aux Montpelliérains qui allaient être sacrés champions dans la foulée. Les Girondins, par contre, ont traversé - et traversent encore - quelques turbulences extra-sportives qui, couplées à leurs deux échecs en ouverture de ce millésime 2022-2023 du Top 14 laissent à penser que la grosse Bertha girondine est une bête blessée. Du côté de Castres, on sait que le réveil de la bête pourrait être très douloureux, comme l’explique le talonneur international Gaëtan Barlot : « Les Bordelais vont peut-être un peu manquer de confiance et il n’y a pas de secret, pour retrouver cette confiance, cela passe par le combat. On sait à quoi s’attendre. Ils vont vouloir se retrouver sur le combat, sur l’agressivité. Il faudra répondre dans ces secteurs-là, parce que si nous ne sommes pas présents, cela pourrait vite devenir très difficile. Ça va cogner très fort. »

Un calendrier difficile

Rory Kockott, le nouveau coach de la défense des Tarnais, n’en dit pas moins : « C’est une équipe avec énormément de talent. Vraiment énormément de talent. De belles structures. Le combat fait partie de leur ADN. Ils vont bien sûr chercher à se resserrer là-dessus. Il ne faut pas oublier aussi leurs qualités individuelles. Ils peuvent mettre beaucoup de pression mais sont aussi très bons lorsqu’il faut lâcher la cavalerie. »

Les Tarnais auront de beaux arguments à opposer en Gironde et ne se déplaceront certainement pas en victimes expiatoires même si la pression ne sera pas vraiment sur leurs épaules. Leur pack conquérant derrière les cadres Barlot, Hounkpatin, Staniforth ou Babillot est très en forme en ce début de saison et les trois-quarts sortent d’une superbe prestation collective face au Stade français. De quoi caresser l’espoir de « ramener des points  du déplacement en Gironde, vœu pieux formulé par Gaëtan Barlot.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?