Vannes a la pression, déjà ?

  • Blessé avant le premier match de la saison, Nick Abendanon fera son retour ce soir face à Carcassonne. Photo Stéphanie Biscaye
    Blessé avant le premier match de la saison, Nick Abendanon fera son retour ce soir face à Carcassonne. Photo Stéphanie Biscaye - Stéphanie Biscaye
Publié le

Battu à Rouen après avoir gâché une balle de victoire à l’ultime seconde, le RCV est presque déjà dans une obligation de résultat ce soir face à Carcassonne. Plus facile à écrire qu’à réaliser.

Bien que l’on soit seulement à la quatrième journée de compétition, les supporters du RC Vannes sont en droit d’attendre un sursaut d’orgueil ce soir face à une formation de Carcassonne plus homogène, plus compacte que lors de l’exercice précédent. Et ses deux victoires à domicile contre Béziers et Montauban sont autant de références crédibles à prendre en compte. Et il est clair déjà que cette formation de Carcassonne ne viendra pas faire du tourisme en Bretagne, mais bien avec la ferme intention de ramener quelque chose de sa longue expédition. Pour ce faire, Christian Labit pourra notamment compter sur… la charnière vannetaise de la saison dernière : Pierre Pagès à la mêlée, Christopher Hilsenbeck à l’ouverture. De quoi faire vibrer la corde de la nostalgie et de raviver quelques bons souvenirs pour ces deux garçons.

Vannes : Peut… et doit mieux faire

Pour les Vannetais les choses sont on ne peut plus claires. D’abord une victoire pour rééquilibrer le ratio match gagné-match perdu. Ensuite, une défaite ne manquerait pas de plonger dans le doute une équipe qui a montré parfois sur des fulgurances, des choses intéressantes aussi bien à Soyaux qu’à Rouen. Car c’est d’abord chez soi que l’on construit et que l’on nourrit le classement.

L’essai "casquette" à la dernière minute à Chanzy, le ballon mal négocié à l’ultime seconde à Rouen pour un essai de la victoire, tout ceci ne plaide pas forcément en faveur d’une équipe bretonne très jeune qui offre encore trop de points à son adversaire. Rouen s’est nourri des fautes vannetaises (pas moins de neuf points ! et onze fautes en seconde période). Ce n’est pas tant l’indiscipline, mais manifestement un manque de maîtrise et d’expérience sur certains choix tactiques de certains joueurs qui ont envie de montrer beaucoup de choses. Le jeu vannetais s’est alors peu à peu délité en Nomandie surtout en seconde période. Pourtant l’envie de bien faire est palpable. On sent cette volonté de produire, d’aller de l’avant, mais au prix d’encore trop d’erreurs de jugement, d’orientation et d’appréciation dans le jeu. Pour éviter toute déconvenue en ce vendredi soir, le RCV devra faire preuve non seulement d’une plus grande rigueur défensive, mais bien encore, mieux structurer son jeu. Qui mieux que Nick Abendanon, qui fait son grand retour, est en mesure d’apporter cette sagesse à un collectif qui "manque encore de repères" selon quelques observateurs ? L’anglais est à la fois celui qui rassure, mais aussi celui qui dynamise le jeu à partir des bases arrières. C’est peut-être de là que peut venir la lumière…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?