Grenoble - Rouen : à la mémoire du « Général »

  • Les Rouennais et les Grenoblois se retrouveront pour le compte de la troisième journée de Pro D2 avec une grosse pensée pour Jordan Michallet (en bas), décédé en début d’année et passé par les deux clubs. Photos Icon Sport
    Les Rouennais et les Grenoblois se retrouveront pour le compte de la troisième journée de Pro D2 avec une grosse pensée pour Jordan Michallet (en bas), décédé en début d’année et passé par les deux clubs. Photos Icon Sport
Publié le

Neuf mois après la tragédie qui a lié le destin des deux clubs et - peut-être - bouleversé leur fin de saison dernière, Alpins et Normands se retrouveront vendredi dans un match marqué par un nouvel hommage à l’ancien ouvreur Jordan Michallet, disparu en début d’année.

La vie continue, toujours. Inexorable, inflexible, parfois impitoyable et plus imprévisible que jamais. 2022 n’a pas échappé à la règle, entre l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui ressuscita le spectre de la guerre aux portes de l’Europe puis une sécheresse historique pendant l’été, pas vraiment de nature à générer l’optimisme. Neuf mois dingues pendant lesquels, pas du plus du côté de Rouen que de Grenoble, on n’a oublié Jordan Michallet, qui décida le 18 janvier de mettre fin à ses jours, brutale réponse à une dépression que personne dans son entourage n’avait réussi à déceler. Un drame qui marqua à l’évidence profondément les deux clubs, réunis côte à côte le temps d’une éprouvante cérémonie à l’église Saint-Bruno de Voiron, l’avant-veille d’en découdre sur le pré au stade des Alpes…

Le genre de rencontre dont on se plaît souvent à dire que le résultat est anecdotique mais qui ne le fut évidemment pas, puisque la surprenante victoire des Normands en Isère (14-15) plongea les Grenoblois dans les bas-fonds d’un classement dont ils ne parvinrent jamais à se désengluer, mais s’avéra surtout déterminante dans la lutte des Rouennais pour le maintien, sauvés à la dernière journée par une victoire du... FCG sur Bourg-en-Bresse (42-17). "C’était ma première saison d’entraîneur et je ne pense pas en connaître une autre plus terrible, nous avait glissé pendant l’été l’ancien troisième ligne du XV de France Serge Betsen, responsable de la défense du RNR. La tragédie que nous avons vécue autour de notre ouvreur et capitaine a été un bouleversement mais après le choc, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire sur le plan humain. Qu’il s’agisse du staff, des joueurs, des dirigeants, tout le monde s’est resserré de manière incroyable pour aller chercher ce maintien au bout du bout." "On a tellement souffert émotionnellement la saison passée, rappelait dans ces colonnes le manager Nicolas Godignon. Ce fut très dur à vivre pour tout le club. Quand tu traverses ce moment aussi violemment… C’est terrible. Il y avait le suicide, une profonde dépression qu’on n’avait pas réussi à détecter alors qu’on l’entourait au quotidien. C’est ça qui est violent. Aucun de nous n’avait les réponses. La seule qu’on a pu trouver, ce fut de se resserrer et de traverser l’épreuve ensemble."

Le coup d’envoi botté par Noëlie

Une épreuve qui a mené le Rouen Normandie Rugby à la première place du classement neuf mois plus tard, dont Grenoble souhaitera évidemment déloger les Normands en retrouvant sa solidité au stade des Alpes, pour réintégrer le top 6 dont sa débâcle à Oyonnax (46-13) jeudi dernier l’a exclu. Reste que ce contexte sportif pèsera bien peu au coup d’envoi d’une rencontre placé sous le signe de l’émotion, puisque tapé par l’épouse de Jordan Michallet, Noëlie. Un rendez-vous que la jeune fille n’avait pas trouvé la force de réaliser le 28 janvier dernier, mais qu’elle n’aurait manqué pour rien au monde huit mois plus tard, au point d’avoir sollicité elle-même le club alpin. Histoire de raviver le souvenir de l’homme de sa vie, papa d’une petite Jade venue au monde au mois de juin, et surtout de rester présente aux côtés de ceux qui l’ont soutenue. Et réciproquement. "Comme dans chaque deuil, tu penses toujours à lui, confirmait Godignon. Jordan était important, quelqu’un de bien, et on pense toujours beaucoup à Noëlie, avec qui on est toujours en contact et qu’on va revoir vendredi. Elle fait partie de notre famille, et nous, on "vit avec" ce qui s’est passé. Le temps fait que ça s’adoucit et qu’on avance, avec Jordan toujours quelque part avec nous."

Gengenbacher : "on aura tous une pensée pour Jordan"

Un sentiment évidemment partagé côté grenoblois, bien qu’à certaines exceptions comme l’ailier Lucas Dupont, ou les entraîneurs Fabien Gengenbacher, Arnaud Héguy et Jérôme Vernay, le paradoxe veut que les membres du squad professionnel du FCG à avoir côtoyé Michallet dans son club formateur se comptent aujourd’hui sur les doigts d’une main… " En ce qui concerne l’émotion qui entourera le match, celle-ci est maintenant évacuée, nous glissait l’isérois Fabien Gengenbacher en milieu de semaine. On est désormais sur une autre histoire, à un autre moment de l’année. Mais forcément que pour tous ceux qui ont côtoyé Jordan et faisaient partie de son cercle d’amis, cette affiche a une signification. On aura tous une pensée pour lui, et il est évident que cela confère à ce match une touche particulière. En revanche, je vois mal nos joueurs se nourrir de ce contexte." Parce que la vie continue, toujours, inexorablement. Quand bien même les deux clubs auront à cœur d’honorer la mémoire du "Général" selon le surnom dont l’avait affublé Richard Hill…

"La tragédie que nous avons vécue a été un bouleversement mais après le choc, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire sur le plan humain." Serge BETSEN, entraîneur de la défense de Rouen

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?