Top 14 - L’indiscipline, ce fléau castrais

  • L’indiscipline, ce fléau castrais
    L’indiscipline, ce fléau castrais Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Sanctionné à dix-neuf reprises, le CO n’a de ce fait jamais été en mesure de mettre en difficulté l’UBB. Une tendance qui poursuit Castres depuis le début de la saison.

Le sujet est souvent évoqué - pour ne pas dire tout le temps - dans le Tarn… cette fameuse indiscipline. C’est un costume dont le CO a du mal à se séparer depuis de nombreuses saisons maintenant : celui d’une équipe trop souvent pénalisée. La rencontre de ce samedi après-midi en a été un parfait exemple. Les fins connaisseurs du ballon ovale estiment qu’il faut être sanctionné aux alentours d’une dizaine de fois maximum pour espérer s’imposer loin de ses bases. Vous l’aurez compris, les Castrais étaient bien loin de ces standards sur le terrain de l’UBB. « J’ai parfois l’impression que certains de mes joueurs pensent que l’arbitrage n’est pas important, enrage Pierre-Henry Broncan. Cela doit tout de même faire partie des caractéristiques d’un joueur professionnel, ne pas prendre de pénalités trop bêtes ! » Au total, Castres a été pénalisé à dix-neuf reprises en Gironde, dont douze fois dans le second acte. Un chiffre évidemment bien trop élevé pour espérer ne serait-ce que rivaliser sur la longueur avec des Bordelais bien motivés à l’idée de signer leur première victoire de la saison. « Ce sont surtout des fautes de hors-jeu débiles qui nous mettent en difficulté, constate de son côté Wilfrid Hounkpatin. C’est vraiment frustrant car on travaille ce secteur à l’entraînement mais on va devoir bosser encore un peu plus. Ce n’est plus possible. On est dans le match en première mi-temps mais tout se délite ensuite, c’est frustrant. »

« Trop d’erreurs »

L’indiscipline n’a pas été le seul secteur décevant pour les Castrais ce samedi. Malgré de nombreux ballons grattés dans les rucks, l’attaque castraise n’a jamais paru en mesure de mettre en difficulté son adversaire. Les Tarnais ont quitté la Gironde sans avoir la moindre occasion pour franchir la ligne. Un constat forcément décevant pour le manager général du CO : « Offensivement, nous avons commis beaucoup trop d’erreurs pour être dangereux. Des fautes de main ou une mauvaise communication ont à chaque fois stoppé nos offensives. C’est dommage. 

Après ce revers, tout n’est bien évidemment pas à jeter pour les derniers finalistes du championnat. La conquête, secteur également défaillant ces dernières semaines, a quant à elle montré de gros signes positifs du côté de Chaban-Delmas. Une embellie à confirmer dès la semaine prochaine face à Brive sur la pelouse de Pierre-Fabre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?