Top 14 - L’UBB en quête de soutiens

  • Maxime Lamothe et les Bordelais ont su lancer leur saison en dominant Castres. Même si tout ne fut pas parfait, ce premier succès fait un bien fou aux hommes d’Urios.
    Maxime Lamothe et les Bordelais ont su lancer leur saison en dominant Castres. Même si tout ne fut pas parfait, ce premier succès fait un bien fou aux hommes d’Urios. MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Soulagement pour les Bordelais qui se sont imposés sans spécialement briller. Deux essais à zéro tout de même malgré des soutiens offensifs à soigner.

Un essai au bout de la première période, un deuxième au bout de la deuxième. Il ne fallait pas se lever trop tôt de son siège pour gagner les toilettes ou le parking si l’on voulait goûter aux friandises bordelaises, samedi.

La première victoire de l’UBB n’eut donc rien d’un festival offensif. Mais elle eut les vertus d’un grand soulagement. Le club avait besoin de ça après les diverses polémiques qui ont fait florès ces derniers jours avec un retentissant appel au soutien médiatique.

Christophe Urios fut assez minimaliste au moment de commenter ce succès : « Nous n’avons pas joué notre meilleur rugby… Nous n’avons pas fait un bon match, nous n’avons pas pratiqué le rugby que nous voulions… Mais contre Toulouse pour la première journée, nous avions été plutôt bons, mais nous avions perdu. Ce soir, on va se satisfaire du résultat. » Puis il ajouta en mode ironique : « Dans une période extrêmement chaude pour nous, c’est marrant parce qu’on gagne avec du sang-froid. Ça montre qu’on progresse. »

Si l’on veut voir le verre à moitié plein, on remarquera que Bordeaux n’a pas concédé la moindre occasion d’essai aux Castrais. Les amateurs du verre à moitié vide évoqueront une certaine incapacité à construire des attaques vraiment dangereuses. Le ballon circule, mais la défense adverse n’est que rarement déséquilibrée ou transpercée.

Un jeu qui ne rebondit pas suffisamment

Le capitaine Jefferson Poirot a donné son avis sur cette stérilité : « Ce fut un match décousu. On a eu du mal à mettre notre système en place, on a beaucoup couru mais de manière désorganisée. Mais nous avons quand même réussi à contrôler la partie malgré cette désorganisation. Nous n’arrivons pas à aller au bout de nos séquences offensives même si elles sont bien menées. On se fait prendre sur les extérieurs, on se fait piquer les ballons et le jeu n’arrive pas à rebondir. Et c’est dommage, parce que c’était le genre de matchs qui pouvait nous offrir le bonus offensif si on avait maîtrisé cet aspect du jeu. Aujourd’hui, on se contente des quatre points parce qu’on vivait un début de saison poussif, mais il faut regarder la vérité en face. Nous n’avons pas fait un match plein à cause des rucks. »

Plus précisément, le pilier international évoqua « un problème de soutien ». « C’est ce qui explique qu’on n’arrive pas à mettre l’équipe adverse dans le désordre.  Le schéma de jeu a changé à l’intersaison, les Bordelais ne maîtrisent pas encore tout et notamment ces fameux déplacements latéraux qui restent à peaufiner. Quand ils le seront, à n’en pas douter, le club sera au point sur les soutiens extérieurs, à tous les sens du terme.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?