Top 14 - Pour Toulouse, maudit soit le Hameau

  • Comme la saison dernière, les Stadistes ont longtemps été méconnaissables à Pau.
    Comme la saison dernière, les Stadistes ont longtemps été méconnaissables à Pau. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Comme la saison dernière, les Stadistes ont longtemps été méconnaissables à Pau. Un manque de maîtrise inhabituel, même si l’équipe était remaniée.

Les Toulousains l’avaient pourtant dans un coin de la tête. La saison passée, alors qu’ils avaient passé une partie du match à quinze contre treize, ils s’étaient inclinés et certains avaient parlé de « honte »… Les années se suivent et se ressemblent. Derrière un départ réussi, avec des succès à Bordeaux-Bègles et face à Toulon, Toulouse s’est éteint au Hameau. Trop longtemps apathique malgré un contexte qui aurait dû survolter les esprits. « Je craignais le supplément d’âme de cette équipe, c’est ce qu’il s’est passé, explique l’entraîneur des avants Jean Bouilhou. Je regrette notre première mi-temps où on se contente de faire des touches et des mêlées, de coller au score. Cela me gêne un peu, de ne pas avoir mis plus d’enthousiasme dans notre jeu. » Globalement, les Stadistes avaient juste oublié de sortir des vestiaires, tombés dans un faux rythme qui leur fut fatal. L’ADN de cette formation, c’est au contraire d’imposer sa patte, d’accélérer les choses. Là, elle s’est contentée de subir les événements, d’accumuler les erreurs. Le meilleur exemple ? Il est offert par le capitaine Rodrigue Neti : « On a concédé cinq pénalités sur hors-jeu en première période, et peut-être autant en deuxième, ce n’est pas possible. C’est la conséquence de notre manque d’engagement et d’agressivité. »

« Des automatismes à trouver »

En début de second acte, les Rouge et Noir avaient enfin réagi. Mais l’embellie, avec un essai et l’entrée du banc XXL, fut fauchée par le carton rouge infligé à Richie Arnold, dont il ne convient pas ici de juger la sévérité ou pas tant les avis diffèrent sur la question. Toujours est-il que, sans quelques cadres au coup d’envoi (entre blessures et choix), ce Toulouse a boité samedi soir. « Il y avait beaucoup de nouveaux joueurs dans l’équipe, ou déplacés à un autre poste, il y a donc des automatismes à trouver », plaide Neti. Mais Bouilhou, plutôt que les noms alignés, retient surtout les carences du jour : « On a mis sur le terrain des joueurs qu’on jugeait performants. Mais on n’a pas fait un bon match, c’est la vie. On en fera d’autres bons. On va tirer les enseignements à froid.  Pour vite rebondir, loin du Hameau, face au Racing.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
jmbegue Il y a 9 jours Le 20/09/2022 à 12:11

L'"interception" de l'arbitre sur un essai tout fait n'a pas aidé non plus...