Lester Etien (Stade français) : « La semaine d’entraînement n’a vraiment pas été bonne »

  • Lester Etien (Stade français) : « La semaine d’entraînement n’a vraiment pas été bonne »
    Lester Etien (Stade français) : « La semaine d’entraînement n’a vraiment pas été bonne » Icon Sport
Publié le

Malgré la victoire laborieusement acquise en fin de rencontre contre Bayonne, les Parisiens assurent qu’ils n’ont pas tremblé. En revanche, ils expliquent leur piètre prestation par la qualité du travail durant la semaine de préparation...

Que pouvez-vous retenir de ce succès à l’exception des quatre points supplémentaires au classement du Top 14 ?

Bayonne est une équipe très bagarreuse, elle ne nous a pas facilité la tâche. Elle n’a rien lâché jusqu’au moment où elle a craqué en fin de rencontre. Les Bayonnais ont pris un carton jaune, ce qui était, je pense, un peu inévitable (Camille Lopez, 66e). On sait qu’on doit montrer un autre visage contre Lyon la semaine prochaine, d’autant plus que nous allons enchaîner deux rencontres à l’extérieur. Si on rejoue de cette façon, on sait aussi que cela ne passera pas. On doit relever la tête et proposer autre chose, un autre contenu dans le jeu.

Avez-vous eu peur de perdre cette rencontre à domicile contre un club fraîchement débarqué de Pro D2 ?

Non, même si on s’est posé quelques questions, notamment lorsque l’essai bayonnais a été refusé (Maqala, 64e). Mais nous savions que nous avions les ressources pour faire notre retard avant la fin de la rencontre. Et c’est ce qu’on a fait.

Comment expliquez-vous la pauvreté offensive affichée dans cette rencontre ?

C’est vrai que nous avons été laborieux. Offensivement, ça n’a pas été terrible, mais nous sommes tombés sur une défense qui nous a bien embêtés. On a commis quelques erreurs techniques, raté les dernières passes, qui font que nous n’avons pas marqué les essais que nous aurions dû marquer. Il nous faut plus de précision, une meilleure gestion des temps faibles et des temps forts. On est en difficulté là-dessus. On ne sait jamais trop quand il faut jouer ou taper au pied et on fait des mauvais choix. Contre une équipe comme Lyon que l’on va affronter la semaine prochaine, c’est quelque chose que l’on paiera cash.

Au regard de votre performance collective contre Bayonne, redoutez-vous de vivre encore une saison galère comme l’an passé, à lutter pour ne pas vous retrouver dans la zone rouge ?

Non, je n’ai pas de doute là-dessus. Un match comme celui-là, l’an passé nous l’aurions perdu. Aujourd’hui, nous n’avons pas réalisé une performance terrible, mais cette rencontre, nous l’avons gagné. Au final, c’est quatre points et ça c’est très positif. On a toujours en tête le top 6 en tête, ce qui n’était pas vraiment le cas l’an dernier.

Avez-vous été surpris d’être autant bousculé sur les impacts par une équipe qui vient de Pro D2 ?

Non, non, il n’y a eu aucune surprise…

Pourquoi ?

Parce que nous n’avons pas été bons cette semaine à l’entraînement (il souffle).Oui, la semaine de travail n’a vraiment pas été bonne.

Comment l’expliquez-vous ?

Ça arrive. Il y a des semaines comme ça où l’on sent que l’on est moins bien. On ne peut pas toujours être au top.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Propos recueillis par Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?