Régionale 2 (Melun) - Un an après, la renaissance !

  • En seulement une année, le club de Melun a été complètement relancé.
    En seulement une année, le club de Melun a été complètement relancé.
Publié le

Relancé par des anciens joueurs, le club Seine et Marnais a retrouvé des couleurs. 

La bande des joyeux drilles qui s’étaient regroupés dans la relance de leur club de Melun-Combs, est en train de réussir complètement son pari. Les anciens partenaires Yohan Pages, Norbert Mosso, dont les pères travaillaient déjà ensemble au bureau, et Claude Rivière, avec ce qui restait des bénévoles mélunais lancés à leurs côtés dans cette aventure, présentent un bilan d’activité générale en progression constante. En seulement une année, à force d’actions en tous genres, de soirées bénévoles en évènements partenaires, d’actions dans les écoles en formations d’éducateurs, ils ont rebâti un navire d’un radeau. Quand vingt-quatre joueurs se rassemblaient péniblement en seniors, ils étaient soixante à la reprise, et de nouveau, Melun présentera une équipe réserve en Régionale 2. Le club des partenaires accueille des nouveaux arrivants, le bruit circule localement que le rugby a repris du service. Yohan Pages, le coprésident responsable de la communication, annonce que «15 000 personnes différentes vont voir nos activités tous les mois sur nos réseaux. Nous sommes seulement 350 licenciés.» La saison dernière, il avait réussi à faire jouer un match à Jean-Baptiste Djebarri, l’ancien ministre des transports, lors de la fête de fin d’année.

La refondation de l’EDR

Ce club de Melun-Combs, qui était parvenu jusqu’au titre de champion de France honneur, en 1999, au moment de la fusion entre Melun et Combs, et qui depuis s’était affaissé, a retrouvé une place réelle dans le champ francilien. La refondation de l’école de rugby du site de Melun est sans doute la «réussite témoin» de ce grand projet. Elle était devenue peu fréquentée par les jeunes, animées seulement par trois éducateurs. Un an plus tard, on y compte de très nombreux encadrants, et une cinquantaine de licenciés. «Comme ailleurs dans l’ensemble du club, nous avons priorisé la construction du cadre, raconte le directeur technique Norbert Mossot. Un minimum de trois éducateurs et deux dirigeants se regroupent pour chaque équipe. Chacun peut manquer une séance sans se dire qu’il met le club dans l’embarras. Ce fonctionnement donne de l’allant. Aujourd’hui, quand nous organisons des opérations de promotion de notre club, nous offrons un vrai cadre pédagogique. Et cela est généralisable à tous les niveaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?