Toulouse, rétrospective sur une saison en Super League

  • Les Toulousains ont terminé dernier de Super League et redescendent en Championship.
    Les Toulousains ont terminé dernier de Super League et redescendent en Championship. Photo Stéphanie Biscaye - /
Publié le

Promu la saison écoulée en Super League, le Toulouse olympique n’a pas réussi à se maintenir à ce niveau de compétition. Les Toulousains vont ainsi retrouver le Championship la saison prochaine. Retour sur une saison pas vraiment réussie.

Au soir de la défaite face aux Dragons catalans (14-24), le 25 août dernier, le sort du Toulouse olympique en Super League était ainsi scellé à deux journées du terme de la phase de classement. Moins d’un an après avoir validé son billet pour la Super League, Toulouse était ainsi relégué à l’étage inférieur. Les Toulousains ont fini à l’ultime place, celle attribuée au relégable. La saison a été dure, l’apprentissage difficile. Sur le plan comptable, les Toulousains ne se sont imposés qu’à cinq reprises sur vingt-sept rencontres officielles. Huit unités ont séparé Toulouse, du dernier non relégable, Warrington (l’écart est assez conséquent). Si cette saison est frappée du sceau de la frustration, la descente est logique. Il y a eu des bas, des rendez-vous manqués, mais aussi quelques satisfactions au cours de ce précédent exercice. Analyse !

Une préparation perturbée, une mauvaise entame

Tout d’abord, la saison 2021 s’est achevée tardivement. Très exactement le 10 octobre, date de la finale victorieuse face à Featherstone. Pour le recrutement, encadrement et dirigeants se sont retrouvés dans l’urgence. D’autre part, l’affaire "Kheirallah – Ford" a sérieusement affecté l’ensemble du club, ce qui a eu une sérieuse incidence sur la préparation d’avant saison. Lors de la journée inaugurale face à Huddersfield, les Toulousains n’étaient pas prêts, ce qui explique la lourde défaite (42-14) pour la première à Ernest-Wallon. Le premier déplacement de la saison à Salford s’est également conclu par une sévère défaite (38-12). Il a fallu attendre la sixième journée pour que les Toulousains débloquent leur compteur point.

Quatre défaites dans le Money-Time

Il y a quatre rencontres qui laissent un goût d’inachevé. Elles se sont transformées en défaite dans les ultimes minutes alors que le succès pouvait être au rendez-vous. On songe à la défaite face à Wigan à Ernest-Wallon (29-28), celle à Huddersfield (17-16), Castleford à domicile (20-14) et celle sur la pelouse de Hull KR (22-16). Dans ce cortège de défaites dans le "money-time", on peut également ajouter le revers (28-24) face à Hull KR à Ernest-Wallon. À la reprise, Toulouse menait (18-4) avant de lâcher prise après l’heure de jeu. Que de points perdus dans les dernières minutes ! Le manque d’expérience à ce niveau de compétition explique ces égarements en fin de rencontre.

Les satisfactions

Il y a eu des matchs aboutis dont le premier succès de la saison face à St Helens (22-20), le leader et tenant du titre. On songe à la rencontre face à la rencontre du Magic-Weekend face à Wakefield. Menés 4 à 20 à la pause, les Olympiens se sont imposés 38 à 26 au terme d’une seconde période qui a frisé la perfection. On ne peut pas passer sous silence l’ultime victoire face à Leeds (20-6) qui rappelons-le vient d’obtenir son billet pour la finale.

Les joueurs

Si l’échec est collectif, des joueurs ont tiré l’équipe vers le haut. L’arrière, Olly-Ashall Bott a donné du relief au jeu toulousain. Titulaire lors de la troisième journée, il a vite trouvé sa place dans le treize majeur (vingt-quatre matchs, six essais). Le deuxième ligne, Maxime Stéfani a également marqué les esprits. Joueur de l’élite 1, il s’est imposé au sein du groupe professionnel. À treize reprises, il a figuré sur la feuille de match et inscrit deux essais (Warrington, Wigan).

L’avenir

Pour l’heure, les dirigeants ont renouvelé les contrats de Dominique Peyroux, Harrison Hansen, Eloi Pélissier, Maxime Stéfani et le leader de jeu, Olly Ashall-Bott jusqu’en 2026. L’objectif annoncé est le retour en Super League.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?