Pro D2 - Rouen doit utiliser ses forces

  • Le pilier Antoine Fournier s’attend à un gros défi face à Agen.
    Le pilier Antoine Fournier s’attend à un gros défi face à Agen. André Roques - André Roques
Publié le

Malgré un résultat en demie teinte face à Grenoble, Rouen sort rassuré sur des points cruciaux du jeu que l’équipe maîtrise de mieux en mieux. Face à Agen, un animal blessé, il faudra que tout soit parfait pour emporter le pot.

Rouen a quitté le stade des Alpes frustré vendredi dernier., car Rouen a dominé bien des secteurs du jeu pour repartir avec un zéro pointé. « Frustrant est le mot, mais c’est aussi un déplacement qui montre nos progrès. Grenoble est censé être un gros du championnat, on leur laisse un essai casquette alors qu’on domine la mêlée sur l’action, et on ne finit pas à dam deux fois au moins tout en lâchant des points au pied. Dans le jeu, on a été ni dépassé ni pris physiquement », analyse Gregoric Bouly, entraîneur de la mêlée.

Et c’est bien sûr ça que Rouen va appuyer, face à un pack agenais revanchard et gaillard, qui débarque ce vendredi soir à Diochon, venant de perdre à la maison et cherchant à redorer son blason, pour sortir d’une 12e place, bien loin des objectifs du SUA. « Ça va taper fort encore, ils vont nous faire la guerre d’entrée. À nous d’être propre, de pas se mettre à la faute, de les laisser s’épuiser et on construira notre match au fur et à mesure sans paniquer », conclut, l’ex pilier de carrière.

Le défi de la mêlée

Du côté des piliers, on tient le même discours en notant la cohérence de la mêlée rouennaise, et le gommage des erreurs du passé. « On est plus solides et donc plus puissants. On essaie de moins en moins se mettre à la faute, être propres, montrer une bonne image de nous à l’arbitre qui est un acteur essentiel du jeu. Il est donc important de montrer nettement une domination maîtrisée », avoue Antoine Fournier, le pilier de 34 ans.

Du côté de son jeune confrère, Willy N’Diaye, 23 ans et déjà très sûr de sa force : « On prend plaisir à mettre en place notre bonne préparation, les procédés sont simples, les mises en place rapides et solides. On est en confiance avec un turnover de qualité aux différents postes. On peut même sélectionner les ballons qu’on veut pousser pour récupérer des pénalités, c’est un vrai plaisir. »

Rouen a donc les cartes en mains, et la possibilité de se replacer avant la pause. Il ne reste plus qu’à appliquer tout ce qui va bien et de gommer ce qui ne marche pas.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?