Top 14 - L’instant charnière pour le Stade français ?

  • Léo Barré devrait être titulaire ce samedi sur la pelouse de Lyon.
    Léo Barré devrait être titulaire ce samedi sur la pelouse de Lyon. Icon Sport
Publié le

Stade français - Avant deux déplacements périlleux à Lyon et Bordeaux, l’animation offensive parisienne, très pauvre contre Bayonne, pose questions. Une nouvelle charnière débutera face à Lyon.

Certes, il n’y a pas le feu. Comptablement, le Stade français se porte bien mieux que la saison dernière à pareille époque. Seulement, la pauvreté de l’animation offensive, affichée en taille XXL samedi dernier contre Bayonne, interroge sur la capacité des Parisiens à rivaliser dans les semaines à venir. La charnière cristallise depuis quelque temps déjà de nombreux griefs. Entre mauvais choix, manque de vitesse et de précision, c’est tout le jeu stadiste qui a souffert samedi dernier contre une équipe fraîchement promue en Top 14. Au point que les avants, habituellement dominateurs dans les collisions, n’ont pas réussi à jouer dans l’avancée. En interne, le constat est partagé. « C’est pour cette raison que nous travaillons comme des acharnés pour trouver des solutions, pour progresser dans notre animation offensive, souligne l’entraîneur de l’attaque Julien Arias. Nous travaillons beaucoup sur la continuité du jeu, sur la fluidité. C’est une alchimie que nous essayons de mettre en place. On l’aperçoit parfois mais pas suffisamment. Après, gagner en jouant moche, ça fait aussi partie du jeu. Et ça signifie que tout n’est pas négatif. »

Certes mais comment expliquer le manque de variété dans le système offensif, rendant le Stade français trop prévisible ? Un exemple ? Rares sont les situations où les ailiers sont venus se proposer dans la ligne pour créer un éventuel surnombre. « La consigne, c’est d’essayer de créer du mouvement, jure Arias. À plusieurs reprises, nos ailiers se sont proposés dans ce genre de situation mais ils n’ont pas été servis ou sont venus parfois à contretemps. Je comprends la question et l’impression dégagée mais ce n’est pas notre volonté. Au contraire. On demande aux ailiers de "dézoner". Seulement, contre Bayonne, nous avons eu du mal à avoir de la continuité dans le jeu. »

Leo Barré aux commandes

Conséquence ou non, le choix a été fait de changer la charnière pour défier Lyon. Exit Arthur Coville, place a été faite à James Hall. Quant à Joris Segonds, à qui il est constamment reproché de jouer trop loin de la ligne d’avantage, il est remplacé par Léo Barré auteur d’une entrée décisive contre l’Aviron bayonnais. « Léo est un jeune joueur, explique encore Arias. Il va avoir de plus en plus de temps de jeu. La saison dernière, il a déjà joué pas mal de rencontres. On l’a peut-être un peu trop baladé à l’arrière ou au centre. Ce n’est pas un cadeau mais ça lui a aussi permis de vivre des situations de jeu enrichissantes. » 

Et de progresser. Tant et si bien que nombreux sont ceux qui réclame de le voir s’installer durablement pour conduire le jeu parisien. Sa capacité à attaquer la ligne d’avantage, à créer de l’incertitude, conjuguée à la vitesse de son demi de mêlée James Hall pourrait bien être un facteur important de la rencontre de samedi.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?