Régionale 3 - Retour au jeu pour Simandre-sur-Suran

  • Un groupe de vingt-huit joueurs est de retour sur le terrain pour Simandre.
    Un groupe de vingt-huit joueurs est de retour sur le terrain pour Simandre. Mario Molard
Publié le

Simandre-sur-Suran - Mis en sommeil quelques mois avant la crise sanitaire, Simandre revient au rugby, grâce à une bande de passionnés qui a remonté le club, aidés par l’amicale des anciens.

Simandre est de retour ! À 45 ans, le club aindinois avait disparu du paysage rugbystique avant la crise sanitaire. Plusieurs saisons auparavant, il ne se portait pas si mal, avec un titre notamment de champion du Lyonnais Première Série en 2011, et l’accueil de Lionel Nallet comme ambassadeur la même année. Mais voilà, Simandre-sur-Suran, coincé dans la vallée entre Bourg-en-Bresse fait partie de ces nombreux clubs de village alternant les hauts et les bas. En 2019, il a touché le fond. En juillet, le président démissionna et une quinzaine de joueurs migra vers d’autres prés. Après avoir tenté de sauver ce qui pouvait l’être, les joueurs restants, et le président par intérim, Anthony Cellié, élu en début de saison 2019-2020 durent se rendre à l’évidence et mettre le club en sommeil.

Au début de l’année, une bande de passionnés, dont faisait partie le jeune président (36 ans) et toujours talonneur, se retrouva, avant de relancer officiellement le club au mois de mars. "J’ai mis les doigts dedans et j’en suis fier, sourit le dirigeant, qui était en milieu de semaine en attente de sa licence de joueur, comme plusieurs autres joueurs. Je suis tombé amoureux de ce club. Cela m’ennuyait que cela ne reparte pas. Les petits clubs de clocher ne doivent pas s’éteindre !"

Nanti d’un effectif de vingt-huit joueurs à l’entraînement, le club pourrait ne pas présenter une feuille de match complète dimanche, à Monistrol-sur-Loire, pour la première journée de championnat.

Une saison d’apprentissage

Dans tous les cas, il s’attend à souffrir pour sa première. Coach de l’équipe lors de ses belles années et la récolte de plusieurs boucliers il y a une dizaine d’années, Patrick Donin, est lui aussi retombé dedans il y a quinze jours. "Je suis passé voir un vendredi soir et j’ai vu une équipe composée de beaucoup de jeunes joueurs avec de l’envie et des qualités."

Il ne faudra pas s’attendre à des miracles au début. "Il faut reprendre le travail de zéro, explique l’ancien joueur de l’US Bressane, du Lou et du CSBJ. Plaquage, touche, mêlée, on travaille un peu tout pour préparer le match dimanche prochain. Il y a du potentiel. Nous ne finirons pas en Fédérale mais il y a un bon groupe de gamins."

Tout le monde attend également avec impatience le premier match à domicile contre Mions. Tout en sachant que cette première saison sera une saison d’apprentissage. "Arrivera ce qui arrivera, sourit le président. Ce sera sûrement une année de préparation. L’important est de se faire plaisir et de tout donner et de faire honneur à notre maillot !"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?