XV de France - Le staff a fait sa rentrée à Aix-en-Provence

  • Karim Ghezal, assistant de Fabien Galthié dans le staff du XV de France
    Karim Ghezal, assistant de Fabien Galthié dans le staff du XV de France Icon Sport - Johnny Fidelin
Publié le

Mardi, pour la première fois depuis le 10 juillet, la bande à Fabien Galthié, composée d’une trentaine d’individus, s’est retrouvée pour perfectionner leur méthode d’entraînement. Plus de quarante jeunes joueurs ont servi de cobayes.

Sous le soleil bucco-rhodanien, le staff de l’équipe de France avait le sourire au moment d’enfiler le jogging frappé du coq. Dans la cité aux milles fontaines, les membres ont donné rendez-vous à la presse, pour un autre volet de leur désormais célèbre « s’entraîner à entraîner » : « C’est bon de se retrouver sur la pelouse, a glissé Karim Ghezal. On a beau se déplacer dans les clubs, le terrain nous manque. C’est le cœur de notre métier. »

Dans le cousu complexe sportif Georges-Carcassonne, il y avait une forme de répétition générale avant le rassemblement de novembre. Pour concocter la version numéro huit de leur plan de jeu, qui demeure en constante évolution pour garder un avantage par rapport à la concurrence, les Bleus ont convoqué une quarantaine de jeunes, dont une grande majorité joue à Provence Rugby.

Séparés en trois groupes, les cobayes ont participé à un entraînement « mixte » : défense, attaque, conquête, jeu au pied. Sur le côté, des blessés ont pu se confier à des psychologues du sport pour digérer leur forfait. Les ordinateurs ont également chauffé pour récupérer de précieuses datas : « Avec William (Servat, N.D.L.R.), on veut bien se caler, a avoué Ghezal. On cherche des améliorations. On veut courir avec plus de vitesse, faire plus de courses sans changer le volume. On va calculer comment on insère des choses. »

 

Les Bleus en repérage

Arrivé lundi à Aix, le staff du XV de France a profité de l’après-midi pour tirer le bilan de la tournée d’été et se projeter sur les prochaines joutes (Australie, Afrique du Sud, Japon). Chacun est à la recherche de gains marginaux pour œuvrer à la performance (logistique, diététique…). Au sein de l’hôtel Renaissance, qu’ils fréquenteront durant la Coupe du monde, les Bleus ont pris des repères : « On visualise les espaces où l’on va vivre, où on va s’entraîner, a expliqué Laurent Labit. C’est important pour en parler avec les joueurs. Ils se questionnent sur l’organisation. »

D’ici 2023, le complexe Georges-Carcassonne connaîtra plusieurs aménagements. Galthié a souhaité que la pelouse soit élargie. Le gymnase se transformera en salle de musculation pour éviter les allers-retours. À proximité, les Bleus auront accès à la piscine municipale. La rentrée studieuse a donc été riche d’enseignements.

Mathias Merlo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?