Nationale - Leader, Valence-Romans mise sur la force de son collectif

  • Le VRDR réalise un début de saison canon en Nationale et assume son statut de favori à la montée en Pro D2.
    Le VRDR réalise un début de saison canon en Nationale et assume son statut de favori à la montée en Pro D2. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Damiers terminent ce bloc par un nouveau succès bonifié et confortent leur place de leader. La force collective dégagée est impressionnante.

Dix-neuf points pris sur 20 possibles, meilleure attaque, aucun essai encaissé lors des trois dernières rencontres. Johann Authier, le boss du sportif, apprécie : « On a fait une très bonne semaine avec beaucoup d’intensité. Je suis satisfait que le match se déroule de cette façon… Cela prouve que l’on a évolué, progressé sur le bloc. Il nous faut capitaliser afin d’aborder le second. Pour autant rien n’est acquis, c’est une poule homogène. Il nous reste encore du travail et le chemin est encore long… »

Cette entame idéale valide le choix de conserver l’homogénéité du groupe. « Nous avons misé sur la continuité. Afin de gagner du temps dans notre préparation », insiste le manager général. Ce, contrairement à la saison passée où le groupe avait été renouvelé à 60 %. Les deux matchs d’avant-saison, victoire à Chambéry et défaite d’un point contre Oyonnax étaient bien des signes annonciateurs de l’ambition des Damiers.

À partir d’un groupe qui a échoué aux portes de la Pro D2, des retouches ont été apportées. Un recrutement ciblé, six nouveaux joueurs et des jeunes qui poussent. L’ex-Biterrois Dorian Marco Pena nous avait confiés : « Il y a peu de changements dans le groupe, l’intégration est ainsi facilitée ».

Les recrues et les jeunes au diapason

À l’image de l’ex-Narbonnais et ouvreur Lucas Meret qui fait preuve d’une belle régularité dans le jeu et d’une efficacité redoutable au pied. Le jeune troisième ligne et ex-Bayonnais Ioane Iashagashvili est à l’unisson avec quatre titularisations pour autant de prestations haut de gamme. Les Neiceru, Marco Pena se sont fondus dans le collectif sans problème.

Confiance est faite aux jeunes qui apportent une touche de fraîcheur et de motivation intéressante, à l’image du pilier Enzo Bailly et du demi de mêlée Mickael Thébault, auteurs de belles prestations face aux Varois. L’ensemble du groupe apprécie à l’exemple du vice-capitaine François Uys : « J’aime aider les jeunes, je vais continuer, c’est bon pour le groupe ».

Il faut rajouter la montée en puissance de certains joueurs qui, sur leur lancée de la fin de saison dernière, continuent et amènent une plus-value certaine. À l’image du troisième ligne franco-australien Matthew Gicquel auteur d’un nouvel essai et d’une prestation majuscule depuis le début de saison ainsi que le deuxième ligne Darrell Dyer… Cette mayonnaise qui a pris donne un collectif compact, qui s’appuie sur ses bases habituelles, conquête, défense… auxquelles il faut désormais rajouter une plus grande fluidité dans le jeu. Le staff technique n’a pas hésité à mettre en place un turnover conséquent au fil des matchs sans affaiblir le groupe. Cette émulation saine est une force pour un collectif qui goûte avec délectation cette place de leader.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Denis RAVANELLO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?