Victorieux de Béziers, les Angoumoisins s'offrent un grand bol d'air

  • Soyaux-Angoulême a signé sa deuxième victoire de la saison face à l'ASBH.
    Soyaux-Angoulême a signé sa deuxième victoire de la saison face à l'ASBH. Icon Sport
Publié le

Sous pression, le SA XV s’impose grâce à une fin de match à sa main. Les Charentais bouclent cette première série de cinq matchs avec dix points. Le même bilan que l’adversaire du soir.

Alors qu’ils restaient sur trois revers de rang, dont un à domicile face à Aurillac, les Angoumoisins étaient dans l’obligation de renouer avec le succès à domicile pour ne pas trop gamberger, avant un week-end de coupure. Avec beaucoup de cœur et de détermination, Soyaux-Angoulême a fait le boulot. Alors certes, tout n’a pas été parfait, notamment dans la faculté à se montrer plus pragmatique, plus incisif dans la zone de vérité mais, dans les fondamentaux et dans la faculté de déplacer le ballon, Soyaux-Angoulême a rendu une belle copie. Un succès qui ponctue le premier bloc de la plus belle des manières.

Avec dix points au compteur après cinq rencontres, le promu angoumoisin tient un rythme de croisière plus qu’honorable, même s’il reste un goût d’inachevé. « J’espère que l’on ne va pas regretter les trois points perdus face à Aurillac lors de notre défaite à domicile. Malgré une domination de la tête et des épaules, nous nous sommes écroulés sur deux pénalités en fin de match », regrette le manager Vincent Etcheto.

Un succès au finish

Face à Béziers, le SA XV a globalement maîtrisé son sujet. Pourtant, le succès a été long à se dessiner. Après un premier acte accroché seulement bonifié en points par des pénalités de part et d’autre, l’équipe charentaise bascule devant d’une courte tête (6-3). Au retour des vestiaires, Saubusse ajoute une nouvelle pénalité (9-3). Encore au contact, Béziers garde espoir et fait mal en allant inscrire le premier essai de la partie, grâce à Costa Storti qui inscrit son sixième essai en trois matchs après une belle combinaison en touche. Essai transformé (9-10).

C’est finalement au bout du suspense, que Soyaux-Angoulême parvient à se sortir de ce guêpier grâce à un exploit individuel de Pierre Lafitte, en solitaire qui offre le succès aux Violets, le jour de son centième match avec cette tunique. « On savait qu’il fallait gagner. Les joueurs avaient la carotte des vacances derrière et ils sont allés se le chercher, même si on doit le gagner plus facilement parce que nous ne concrétisons pas assez », analyse Vincent Etcheto.

En face, Béziers rentre bredouille après les points passés aux pieds par les Charentais en fin de match : « Nous étions venus avec des ambitions. Clairement, l’équipe qui avait le plus envie a gagné et cela s’est ressenti. C’est l’envie de proposer des choses sur les moments clés du match qui nous a manqué. Nous avons pourtant eu les occasions pour réaliser un hold-up mais il nous a manqué ce supplément d’âme. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Dorian BERCHENY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?