Greenwood (ancien centre de l'Angleterre) : «Il n’y a pas de recette miracle»

  • Greenwood (ancien centre de l'Angleterre) : «Il n’y a pas de recette miracle»
    Greenwood (ancien centre de l'Angleterre) : «Il n’y a pas de recette miracle» PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Pour l’ancien champion du monde 2003, il n’est pas forcément recommandé de chercher à s’économiser. Cela peut même devenir contre-productif.

Les joueurs anglais, dont vous faisiez partie, ont-ils été économisés pendant la saison qui amena à la Coupe du monde 2003 ?
Non, pas du tout. Certains joueurs ne se sont pas rendus en Argentine en juin 2002 afin de leur permettre de bien récupérer et de les protéger. La plupart d’entre nous avions donc fait une croix sur la tournée en Argentine. Mais dès que la saison 2002-2003 a commencé, nous avons joué ensemble toute la saison. Nous remportons le grand chelem en 2003 dans le Tournoi des 6Nations, nous restons invaincus jusqu’à ce match de préparation à Marseille, perdu contre la France en alignant une équipe de remplaçants (17-16 pour la France, avec un soigneur anglais qui passe devant Frédéric Michalak sur le point de taper une transformation, N.D.L.R.).

Faut-il quand même le faire selon vous ?
Non, il n’y a pas de recette miracle. Tout dépend de chaque équipe. Pour ce qui est de la France, ils ont un programme difficile dans le prochain Tournoi des 6 nations avec des déplacements en Angleterre et en Irlande mais ils devraient tout jouer à fond. Il y a assez de profondeur dans ce groupe et il faut prendre l’habitude de jouer ensemble. Ils ont un groupe exceptionnel et se sont mis en position idéale pour gagner cette Coupe du monde.

Les joueurs ont-ils tendance à prendre le moins derisques possible ?
Non. Plus vous essayez de vous protéger, plus vous avez de chances de vous blesser. Changer ses habitudes n’est pas une bonne idée. Il faut continuer à jouer toute la saison. La seule recommandation que je ferais est de protéger les joueurs lors du Tournoi des 6 Nations afin qu’ils ne jouent pas lors des semaines sans match, afin de protéger l’ossature du groupe.

Aviez-vous reçu des consignes particulières venant de l’entraîneur ou de l’encadrement médical ?
Non, rien de spécial. Il y avait surtout eu de la rotation lors de la préparation estivale, afin de donner du temps de jeu à un maximum de joueurs impliqués. Ce qui nous avait d’ailleurs coûté une série d’invincibilité de vingt-sept matchs, avec de notre défaite à Marseille.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?