Pau, toujours en contrat d’alternance

  • Pau, toujours en contrat d’alternance
    Pau, toujours en contrat d’alternance Icon Sport
Publié le

Deuxième déplacement à vide pour les Palois qui n’ont pas encore réussi à confirmer après leur succès prometteur face à Toulouse.

C’était un des objectifs du début de saison pour espérer faire mieux que lors du précédent exercice. La Section devait être plus performante à l’extérieur en ayant l’ambition de prendre plus de points, à commencer par des bonus défensifs. Sébastien Piqueronies ne cachait pas sa déception : « Je constate qu’après quatre journées nous en sommes toujours au même point : se déplacer en rentrant avec zéro point. Mais je suis tellement optimiste et ambitieux que je pense que ça ne va pas rester durablement le cas. Après deux déplacements, nous en sommes au même point que l’année dernière. Peut-on parler de stagnation ? Le Top 14 est encore plus rude et dense que la saison dernière, mais je l’avais dit : Il ne faut pas que l’on avance mais que l’on accélère. Réponse lors des trois prochains déplacements avant la trêve de novembre. »

Mais ce match à Montpellier, chez un champion de France qui avait décidé faire reposer quelques cadres, a été très frustrant, car il est venu rappeler les mauvais souvenirs de la saison dernière, quand les Palois se prenaient les pieds dans le tapis après avoir réalisé de grandes performances, laissant naître les espoirs les plus fous avant de les balayer d’un revers de main. La Section est constamment en contrat d’alternance, en étant d’attaque seulement une semaine sur deux. « Je le vis très mal même si c’est un constat ponctuel. D’une semaine à l’autre, les émotions varient énormément. C’est cruel mais c’est notre état instable du moment. On va panser nos plaies mentales, morales et physiques et se remettre au travail dès lundi. »

Ce revers n’est pas anodin, d’autant plus que la formation béarnaise n’avait jamais encaissé autant de points la saison dernière. La Section a surtout touché certaines de ses limites, laissant penser que le rendement collectif est bien moindre quand certains joueurs ne sont pas sur la feuille de match ou alignés dès le coup d’envoi. « Nous étions venus avec une équipe fidèle au Top 14. C’est un marathon où il faut gérer ses forces pour en avoir tout le temps. C’était un parti pris d’amener de la fraîcheur avec des garçons qui avaient beaucoup de choses à prouver aujourd’hui, et avec la certitude d’avoir une équipe compacte stable et capable d’avancer. Je me suis trompé. »

Il est aussi certain que certains jeunes joueurs sont toujours en apprentissage, à l’image du jeune ouvreur Thibault Debaes bien malheureux en début de match. Mais, les erreurs d’aujourd’hui feront les succès de demain. Sébastien Piqueronies en est persuadé.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?