Elite 1 féminine - Le Stade villeneuvois repart de l’avant

  • Alycia Christiaens, médaillée de bronze lors de la Coupe du monde de rugby à VII il y a trois semaines, fait découvrir sa pratique à des jeunes de l’agglomération.
    Alycia Christiaens, médaillée de bronze lors de la Coupe du monde de rugby à VII il y a trois semaines, fait découvrir sa pratique à des jeunes de l’agglomération. Baptiste Barbat
Publié le

Club majeur de l’Élite 1 féminine dans les années 2010, le Stade Villeneuvois ne joue plus les premiers rôles de la première division. Néanmoins, il met tout en œuvre pour retrouver les sommets d’ici 2030.

Depuis son titre de champion de France en 2016, au milieu des grandes années de domination montpelliéraine, le Stade villeneuvois anciennement LMRCV, se reconstruit lentement mais sûrement. "Il ne faut pas que le titre de 2016 soit une finalité, affirme Laura Di Muzio, présidente du club et ex-internationale. Nous avons un projet à bâtir en permanence. Il faut que les joueuses qui ne sont pas professionnelles, bénéficient de conditions favorables sur le terrain et en dehors. On a pris du retard par rapport aux équipes adossées à une structure professionnelle masculine. Ici nous avons tout à créer." Et depuis quelques années la direction du club se retrousse les manches. Elle poursuit : "Nous avons développé une académie au sein du lycée Beaupré, nous avons lancé un centre d’entraînement labellisé qui est le seul exclusivement féminin en France. L’an passé nous avons mangé notre pain noir en allant chercher le maintien en barrage. Maintenant toutes ces conditions nous permettent d’être de nouveau attractives. Nous avons recruté des internationales belges qui participent aux World Series, et surtout nous formons de jeunes joueuses comme Alycia."

Alycia en guise de Marianne

Elle est la nouvelle porte-étendard du rugby dans le Nord, jeune espoir du ballon ovale français, Alycia Christiaens a eu l’honneur d’être sélectionnée pour la Coupe du monde de rugby à VII en ce début de mois de septembre. Elle est rentrée les valises alourdies d’une belle médaille de bronze. La jeune centre fait partie de cette nouvelle génération qui va émerger dans les équipes de France. Alors qu’elles se composent essentiellement de joueuses qui ont découvert le rugby tardivement, ces nouvelles jeunes joueuses arrivent avec des dizaines d’années de rugby d’expérience : "J’ai commencé à l’âge de 6 ans au RC Roubaix. J’ai découvert le VII dans la section sportive du lycée Beaupré, et c’est devenu mon rugby préféré." La passion a pris de l’ampleur et régulièrement Alycia Christiaens se retrouve appelée dans les équipes de France jeunes, espoir, développement, jusqu’à la grande équipe de France en début d’année. "J’ai découvert Alycia par contrainte, blague sa présidente. Elle paraît toute timide comme ça, mais une fois face à elle à l’entraînement, j’ai vite compris que ce ne serait pas une partie de plaisir. Nous sommes super fiers d’elle aujourd’hui. On la suivit durant toute la Coupe du monde jusqu’à son essai en petite finale. À distance, elle sert d’actrice fédératrice au sein du club, et tout le monde pousse derrière elle." Nul doute qu’une panoplie d’autres talents va éclore d’ici peu de cette filiale de formation nordiste.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?