Gaëlle Hermet, capitaine du XV de France : "On s’attend à vivre un grand Mondial"

  • La capitaine du XV de France évoque sa rééducation, le long trajet jusqu'en Nouvelle-Zélande et la préparation des Bleues.
    La capitaine du XV de France évoque sa rééducation, le long trajet jusqu'en Nouvelle-Zélande et la préparation des Bleues. Icon Sport - Baptiste Fernandez
Publié le

Touchée au genou lors du deuxième match amical en Italie, la capitaine des Bleues Gaëlle Hermet achève sa rééducation et évoque le défi à venir.

Où en êtes-vous de votre acclimatation à votre nouvel environnement ainsi que votre adaptation au décalage horaire ?

On a fait plus de 20 heures de vol, donc il nous a forcément fallu un petit temps d’adaptation pour nous acclimater, prendre nos repères sur ces nouveaux lieux mais nous avons repris le chemin de l’entraînement hier (lundi) après-midi. Tout s’est bien passé. Les organismes vont bien, on commence à prendre le rythme. Les deux premiers jours ont été un peu durs avec le décalage horaire mais nous avons réattaqué plein pot.

Comment l’avez-vous anticipé ?

Nous avons été bien conseillées, un médecin spécialisé dans le sommeil est intervenu pour nous indiquer quand dormir ou pas pour encaisser au mieux ce décalage horaire. Même au niveau de l’alimentation, car cela compte. À notre arrivée, on a forcément subi un peu mais globalement cela s’est bien passé, malgré quelques coups de fatigue dans la journée.

Comment évolue votre blessure au genou ?

Tout va bien. J’ai repris le terrain de façon progressive. Je n’ai pas encore totalement repris l’entraînement avec mes coéquipières mais c’est en bonne voie. Cela m’a fait beaucoup de bien de retrouver le chemin du terrain.

Les Néo-Zélandaises, qui ont largement battu les Japonaises en match amical, vous ont-elles impressionnées ?

On connaît la qualité des Black Ferns, nous les avons affrontées plusieurs fois. On sait l’équipe que c’est, et on s’attendait à ce qu’elles proposent ce type de jeu et ce niveau, d’autant que la Coupe du monde se joue chez elles. Nous ne sommes donc pas surprises, mais on voit bien que les nations ont travaillé fort pour être prêtes pour cette compétition, et notamment les Black Ferns pour qui ce rendez-vous aura une saveur particulière. On s’attend à vivre un grand Mondial.

Comment le groupe a réagi après cette défaite face à l’Italie en amical, qui a ressemblé à un avertissement sans frais ?

Je l’ai vécu différemment parce que je n’étais pas sur le terrain mais il est sûr que nous aurions aimé aborder la compétition différemment, avec une victoire qui nous aurait donné de la confiance. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas mais cela nous a permis de nous remettre en question, et notamment sur notre rugby. Ce match doit nous servir d’état des lieux sur notre projet et sur notre rugby. Et il doit nous servir pour nous galvaniser afin de montrer un autre visage, et ce même s’il y a des choses positives comme les 20 ou 30 premières minutes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?