Fédérale 3 - Les choses sérieuses commencent pour Sucy

  • L’ouvreur Benjamin Audry, un pur produit de la formation sucycienne, file à l’essai. Avec son équipe, ils veulent s’installer dans le haut de leur tableau de Fédérale 3.
    L’ouvreur Benjamin Audry, un pur produit de la formation sucycienne, file à l’essai. Avec son équipe, ils veulent s’installer dans le haut de leur tableau de Fédérale 3. Photo DR
Publié le

Après un bon démarrage de championnat, le club de Sucy-en-Brie va évaluer ses remaniements contre le haut du tableau.

L’équipe de Sucy-en-Brie n’a pas raté son démarrage dans sa compétition de Fédérale 3. Ses premiers rendez-vous officiels contre deux promus se sont soldés par deux succès bonifiés et une première place de poule. Sur son terrain les deux fois, face à Clichy (25-9) puis Paris 15 (56-20), elle a fait valoir son antériorité dans la division. Elle a fait valoir aussi que les grands changements intervenus à l’intersaison n’ont pas bouleversé son fonctionnement. À Sucy, tout y a changé ou presque, dans l’environnement des seniors. À la tête du club, après vingt-sept ans de présidence, Richard Coutier a laissé sa place à son vice-président, Eric Guidoux, un ancien papa de l’école de rugby. Un nouveau bureau s’est mis en place à ses côtés. Et c’est à Bruno Bordais à qui les nouveaux responsables ont confié la direction sportive des seniors. Ce vieux routier du circuit francilien était déjà passé par Sucy il y a trois ans. "J’y suis revenu parce que je partage une certaine idée de fonctionnement avec ce club purement amateur", glisse le technicien. "Il y a beaucoup de concurrence autour de nous, et dans notre environnement, les clubs payent les joueurs d’une manière ou d’une autre, avec des fixes ou des primes, commente Cédric Boudry, le responsable administratif des seniors. De notre côté, nous avons décidé de rester sur notre ligne purement amatrice. Nous faisons monter cinq à six juniors chaque saison, et nous profitons des arrivées ponctuelles. C’est tout. Dans ce cadre de fonctionnement, Bruno est l’homme de la situation. Le début de saison valide cette impression. Les joueurs adhèrent".

Rien sans rien

Depuis la reprise, les entraînements de Sucy-en-Brie sont très suivis par une soixantaine de participants à chaque fois. La balance des recrutements a été positive, et elle a permis d’augmenter le nombre. Avec son staff composé de Morad Fennas (avants), Loïc le Guellec, venu de Saint-Maur, et Mathias Giaccobi, Bruno Bordais a établi comme objectif la qualification de ses deux équipes. "On est super motivés, on veut réaliser une grande saison, dit-il. Mais on est jeunes, on est légers, et on doit bien bosser pour y parvenir. C’est pourquoi nous avons introduit l’utilisation de la vidéo pour faciliter notre amélioration. Les joueurs disposent de leurs actions en image pour aller plus vite. Nous allons rapidement voir si notre méthode de travail peut nous permettre de nous maintenir dans le haut du classement". Dimanche, cette équipe de Sucy-en-Brie fera son premier déplacement de sa saison à Epernay, chez son co-leader, qui comme elle a déjà inscrit deux bonifications offensives. Ensuite, après la réception de Pontault-Combault (6e), les Sucyciens se déplaceront à Meaux (4e) et recevront le Scuf (3e). Dans un mois, les joueurs du Val-de-Marne auront rencontré les trois équipes qui la suivent au classement, et pourront réévaluer leur place dans leur groupe.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?