Pro D2 - Héguy : « On ne s’enflamme pas, on est encore à la recherche de notre match référence »

  • Malgré une première place, Arnaud Héguy reste mesuré quant au début de saison des siens.
    Malgré une première place, Arnaud Héguy reste mesuré quant au début de saison des siens. Icon Sport
Publié le

S’il accueille positivement la première place actuellement occupée par les siens, l’ancien talonneur sait que sa formation est encore loin du compte.

Le FCG est la seule équipe à compter quatre victoires malgré un point-average négatif, leader de la Pro D2 dont elle est aussi la formation la plus indisciplinée… On peut parler de début de saison paradoxal !

Oui, c’est pour cela qu’on ne s’enflamme pas… Au-delà des chiffres, ce qui nous frustre, c’est qu’on est encore à la recherche d’un match référence au niveau du contenu. Après, l’an dernier, on a probablement disputé des matchs beaucoup plus aboutis offensivement mais on ne les gagnait pas, notamment à la maison. Alors, on se satisfait évidemment des points que nous avons déjà pris, tout en ayant conscience qu’il reste encore pas mal de choses à rectifier.

Au final, ces paradoxes en sont-ils vraiment ? On entend par là que les cartons jaunes sont peut-être aussi le signe d’une agressivité retrouvée, d’une volonté de ne rien lâcher…

La cohésion, l’état d’esprit, l’importance de travailler les uns pour les autres, ce sont autant d’aspects qui paraissent évidents mais sur lesquels nous avons énormément insisté dès notre début de saison. Dans cette équipe, on se doit de respecter ces principes, c’est non négociable.

Inconsciemment, les départs de vos facteurs X comme Capuozzo ou Séguret n’ont-t-ils pas convaincu l’équipe de l’obligation de gagner en cohésion, en vaillance, esprit d’équipe ?

Je ne sais pas si c’est la perte de ces talents qui a provoqué cette remise en question, même inconsciente, mais elle était dans tous les cas nécessaire. Comme je vous l’ai dit, dès notre premier stage, on a beaucoup insisté sur certaines choses dans notre méthodologie de travail. Il faut aussi dire que ce jeune groupe a pris un an de maturité collective, et que les quelques recrues qui nous ont rejoints ont apporté un vrai plus dans l’envie de s’entraîner au quotidien pour atteindre le meilleur niveau de performance. C’est un tout, bien sûr, mais le fait que nos premiers résultats ont été plutôt positifs doit inciter le groupe à continuer dans cette voie.

Une des grosses différences avec le début de saison dernier est que vous pouvez surtout compter sur des cadres comme Orioli, Nixon ou les frères Ezcurra qui n’étaient pas là, ou même un Romain Barthélémy qui a considérablement gagné en confiance…

Quand on a la chance de ne pas avoir beaucoup de blessés et de pouvoir compter sur ces cadres, c’est évidemment tout bénéfice pour l’équipe. Quand l’effectif est fourni, ça change bien des choses, et on les gère plus sereinement. Nous avons par exemple perdu nos deux joueurs au poste d’arrière, Julien Farnoux et Erwan Dridi, mais cela a permis l’émergence du jeune Hugo Trouilloud. Dans une équipe avec moins de certitudes, cela aurait peut-être été plus difficile.

Techniquement, votre principal chantier de l’intersaison résidait dans la mêlée fermée. Si l’on a constaté du mieux, il semble néanmoins que l’équilibre demeure fragile…

Effectivement, il y a eu des bonnes choses et d’autres moins bonnes. Je ne vais pas aller jusqu’à dire que nous sommes en rodage mais il nous reste encore beaucoup de travail, avec des jeunes première ligne qui n’ont pas encore le degré d’expérience de leurs vis-à-vis chaque vendredi et qui apprennent le métier petit à petit. On a aussi fait monter des troisième ligne en deuxième, mais si on l’a fait, c’est parce qu’on est persuadé qu’ils ont la densité nécessaire pour être performants dans le cadre collectif.

Ce deuxième bloc s’annonce plus copieux et dense que le premier. Doit-il vous permettre de vous jauger et vous situer dans ce championnat ?

Connaissant les oppositions qui nous attendent, c’est une évidence. On attaque par un déplacement à Vannes qui s’annonce périlleux suivi de très près d’un autre à Montauban avec également des réceptions d’équipes du top 6 de l’an dernier comme Nevers, Colomiers, sans oublier Aix. Au moins, ce gros bloc va nous permettre de vraiment nous étalonner.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?