À Clermont, « Béré » ne tire pas au flanc

  • "Béré" ne tire pas  au flanc
    "Béré" ne tire pas au flanc
Publié le

Propulsé flanker à la mi-temps, le talonneur clermontois a symbolisé la bonne dynamique de son équipe, capable de s’adapter à tout.

C’est avec un large sourire de satisfaction que le manager Jono Gibbes s’est présenté en conférence de presse pour analyser cette nouvelle victoire de son équipe, synonyme de grand retour de l’ASM dans un top 6 dont il compte bien ne plus sortir. «Nous sommes contents du résultat parce que l’équipe de Lyon nous proposait un nouveau type de défi, annonçait le manager en préambule. On construit un style de rugby dans lequel il s’agit d’imposer en permanence une pression à l’adversaire, que ce soit avec ou sans le ballon. À Toulon, en deuxième période, nous avions réussi à le faire avec le ballon. Contre La Rochelle, il s’agissait surtout pour nous d’imposer cette pression sans le ballon, car c’étaient nos adversaires qui avaient essentiellement la possession. Et là, face à Lyon, on a réussi à le faire dans toutes les formes de jeu. On a réussi de beaux mouvements ballon en main, mais il y a aussi eu des phases de défense très intéressantes.» Un match référence, quoi, couronné d’un bonus offensif assuré malgré quelques frayeurs en fin de match, évidemment imputables à la réorganisation à laquelle le pack auvergnat dut faire face très tôt dans le match, après les sorties de Cancoriet (talon) et Lanen (commotion), tandis que Lucas Dessaigne fit le choix de ne pas ressortir des vestiaires à la pause. «Nous avons seulement eu six jours de récupération, rappelait Gibbes. Vu comme Lucas s’était envoyé contre La Rochelle (29 plaquages, record du Top 14, NDLR), s’il nous dit qu’il était cuit, on va avoir tendance à le croire… Alors, on a procédé à notre petite réorganisation. Arthur Iturria est passé numéro 8, Yohan Beheregaray au talon. On a essayé de régler notre touche avec Julien Ledevedec, on a vu avec Xavier Sadourny comment on pouvait s’adapter par rapport à notre plan de jeu et cela a plutôt bien fonctionné. J’ai senti "Béré" à l’aise, naturel. C’était aussi un bon test pour le groupe de voir comment il pouvait réagir à ce type de situation.»

« Je suis revenu à mes amours de jeunesse »

Force est de constater que le groupe a répondu présent, à l’image d’un Beheregaray qui s’est démené pendant 40 minutes sur le flanc de la troisième ligne, jusqu’à terminer la rencontre "haché". «Je suis revenu à mes amours de jeunesse, souriait le Béarnais. Dans les catégories de jeunes, à Arudy puis à Pau, je jouais numéro 8, avant de connaître un léger problème de taille, avec des courbes qui se sont progressivement éloignées de la moyenne. C’est en concertation avec Pierre Perez, l’ancien directeur du pôle espoirs de Bayonne désormais en fonction à Pau, que je suis passé au talonnage… La seule différence, au final, ce sont les phases de conquête parce que dans le jeu courant, c’est le même boulot.» La liberté offerte aux flankers ayant même permis à Beheregaray de se régaler ballon en main avec deux superbes percées, à peine ternies par ce déblayage un peu trop enthousiaste qui priva Raka d’un quadruplé à la 72e, après arbitrage vidéo. Beheregaray poussant même l’altruisme jusqu’à laisser marquer son concurrent Adrien Pélissié à la conclusion d’un ballon porté, son habituelle spécialité. «C’est bien, je suis content pour lui, souriait "Béré". Pour une fois, c’était à moi de faire le job devant. Il a marqué, c’est tout ce qui compte, et c’est bien pour l’équipe." Ajoutez à cela que Beheregaray avait lui-même marqué en première période un pur essai de talonneur, d’un pick and go malin pour conclure une initiative de Cancoriet, et vous conviendrez qu’on n’était pas très loin de la soirée parfaite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?