Le bonus bayonnais : «un miracle»

  • Le bonus bayonnais : «un miracle»
    Le bonus bayonnais : «un miracle» Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dépassés dans tous les secteurs en première mi-temps, les Basques ont su trouver les ressources pour aller chercher un bonus défensif, presque inespéré... mais qui pourrait compter !

Ce mot est revenu dans la bouche de Maxime Machenaud et Thomas Acquier après match : "un miracle" ! Dominés en conquête, battus dans l’agressivité, indisciplinés au possible, les Bayonnais ont «tout fait à l’envers» pour reprendre les mots du demi de mêlée. «Nous ne sommes pas du tout entrés dans le match comme nous voulions le faire. On savait que l’entame serait primordiale pour remporter le match et ça n’a pas loupé. Nous avons tout subi les quarante premières minutes, rien n’a marché ! À ce niveau, on ne peut pas exister, surtout ici ! 18 à 3, ce n’était pas cher payé pour la première mi-temps que nous avons proposée.»

Malgré tout les Bayonnais ont su inverser la tendance dans le deuxième acte pour ne pas finalement rentrer de Brive avec un bonus offensif décroché après la sirène grâce à un essai en force d’Uzair Cassiem. «Nous n’avions pas été capables de le prendre lors des deux premiers déplacements avec des performances bien plus abouties donc comptablement, très bien, mais ce n’est pas suffisant. Mais pour gagner à l’extérieur, il va falloir faire de grandes performances, bien plus élevées que ce que nous avons fait aujourd’hui», remarque le talonneur Thomas Acquier, ancien de la maison corrézienne.

Bayonne a payé pour apprendre

Mais l’Aviron peut-il avoir des regrets après la réaction survenue en deuxième mi-temps et l’entrée de plusieurs titulaires habituels (Ceyte, Cassiem, Lopez) ? «Ce qui laisse des regrets, c’est de ne pas avoir joué à notre niveau, balaye Maxime Machenaud. Le turnover (dix changements effectués par rapport à la victoire contre l’UBB la semaine dernière, N.D.L.R.) ne doit pas être une excuse. Ce championnat te remet vite la tête à l’endroit…» De son côté, Thomas Acquier espère que cette leçon servira pour les échéances à venir. «Il faut s’appuyer sur la réaction. On savait ce qu’allait proposer Brive. C’est râlant car nous étions prévenus. On prend dix-huit pénalités, on ne peut pas gagner un match comme ça. On a payé pour apprendre. J’espère que ce sera une leçon, et qu’on saura rebondir." Dès la semaine prochaine face à La Rochelle ? 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?