Le Stade toulousain a vraiment pris de l’avance

  • Le Stade toulousain a vraiment pris de l’avance
    Le Stade toulousain a vraiment pris de l’avance Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En plus d’avoir su conserver leur première place au classement et d’avoir distancé le MHR, les Stadistes ont aussi préparé l’avenir avec une équipe largement remaniée.

Vendredi, l’entraîneur de la mêlée toulousaine Virgile Lacombe l’avait promis : «On n’envoie pas des joueurs au feu à Montpellier, loin de là.» La question lui était posée, parce que la composition de l’équipe alignée au coup d’envoi était évidemment bien différente de celle type du Stade toulousain. Outre les absents sur blessure ou suspension, Antoine Dupont, Peato Mauvaka et Anthony Jelonch avaient été placés en vacances durant la semaine, quand Emmanuel Meafou, Alexandre Roumat ou Thomas Ramos avaient été laissés sur le banc de touche. Sans compter le forfait tardif de Tim Nanaï-Williams, qui devait initialement officier à l’ouverture.

Mais le staff s’est voulu fidèle à ce qu’il avait annoncé cet été, à savoir effectuer une rotation prévue et surtout ménager ses internationaux à tour de rôle. Deux raisons à cela : éviter que les Bleus ne finissent sur les rotules, comme ce fut le cas lors du dernier exercice ; puis mieux préparer les préposées "seconds rôles" qui devront assurer sur les doublons chez le plus gros fournisseur du XV de France. «C’est le bilan que l’on a fait de la saison passée : comment essayer de terminer la saison avec des joueurs qui sont encore plein d’énergie, a aussi expliqué Lacombe. Et surtout, comment mieux vivre cette période, qui est consistante pour nous.» Incontestablement, le manager Ugo Mola a eu des réponses ce dimanche soir. En tout cas, bien davantage qu’après la défaite à Pau, où l’encadrement avait déjà procédé à un certain turnover, moins important toutefois. Et quelles réponses cette fois !

Quelle envie !

Certes, les Rouge et Noir ont notamment fait preuve de trop d’indiscipline. Les deux essais du MHR sont par exemple venus de fautes des Toulousains sur leurs propres munitions. Mais ce fut juste le revers de l’engagement et de l’envie de cette équipe expérimentale. À l’arrivée, malgré le troisième carton rouge de la saison (pour Meafou), les Stadistes ont beaucoup gagné à Montpellier. Au classement bien sûr, dont ils ont repris la tête avec autorité, distançant de trois points leurs adversaires du soir. Dans les esprits aussi évidemment. Mais, au-delà et c’est peut-être le plus important aux yeux d’Ugo Mola et de ses adjoints, dans la construction de leur saison. Arthur Bonneval ou Pierre Fouyssac, qui n’ont eu que peu de temps de jeu depuis août, ont montré qu’ils avaient des fourmis dans les jambes. Maxime Duprat et Guillaume Cramont ont encore prouvé qu’ils savaient toujours apporter leur immense énergie en cours de match. Melvyn Jaminet, même si personne n’en doutait, est venu rappeler qu’il demeurait un buteur de très haut niveau.

Et que dire de la première apparition en Top 14 de l’ouvreur Edgar Retière, associé à la charnière à son frère Arthur dont la polyvalence est décidément précieuse ? Timide en début de rencontre, il s’est ensuite libéré pour initier plusieurs séquences offensives de classe. Décidément, ce Toulouse a de la réserve. Et dire que certains patrons, Dupont au premier rang, seront de retour pour accueillir Clermont samedi prochain.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?