Les Béarnais sont dans la sauce

  • Les Béarnais sont dans la sauce
    Les Béarnais sont dans la sauce Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Battue pour la première fois de la saison à domicile, la Section paloise se retrouve lanterne rouge.

Il est certain que se retrouver dernier du Top 14 après seulement cinq journées relève de l’anecdote. Tout du moins, le talonneur de la Section paloise, Lucas Rey, l’espère : « Nous sommes énervés, déçus d’être derniers et on va faire en sorte que l’on ne soit pas à notre place. » Cette position de lanterne rouge n’est pas le plus alarmant après ce premier revers à domicile. Le contenu est certainement plus cruel. Les quarante premières minutes ont été un véritable chemin de croix et la facilité des Toulonnais à marquer (trente et un points lors des trente premières minutes de jeu) en devenait presque gênante pour les joueurs de Sébastien Piqueronies qui avaient déjà raté leur première mi-temps une semaine plus tôt à Montpellier, où ils étaient menés 17 à 0 après vingt-trois minutes.

En deux matchs, les Palois ont encaissé soixante-dix-sept points, finissant sous leurs poteaux sans réellement combattre, à l’image de ces deux essais encaissés sur ballons portés en l’espace de quatre minutes, d’autant plus que les Toulonnais ont tout emporté sur un peu plus de vingt-deux mètres sur l’essai marqué par Anthony Etrillard.

« Avancer simplement et ensemble »

Les Palois ont donné la sensation de baisser la tête un peu trop rapidement, de ne pas batailler au sol en montant en agressivité pour tenter de couper la dynamique varoise, que la ligne de vie si précieuse la saison dernière avait été coupée à la hache devant ce déficit d’engagement et de maîtrise. « Nous avons été amorphes avec quarante minutes d’absence, reconnaissait le manager Sébastien Piqueronies. Que dire à part qu’il faut se remettre en question. Je me remets en question en premier, car je n’ai peut-être pas tiré la sonnette d’alarme assez fort. Avec le staff, nous n’avons peut-être pas su accompagner nos joueurs à monter le curseur d’engagement à la hauteur du Top 14. »

La victoire face à Toulouse, quinze jours plus tôt, avait pourtant lancé parfaitement la Section dans ce championnat, démontrant qu’elle était capable de boxer avec les meilleurs. « On n’est pas capable de reproduire une telle détermination dans l’engagement plusieurs fois de suite. C’est ce qui me ramène à beaucoup d’humilité. On s’est peut-être vu légèrement supérieurs à nos forces après Toulouse. Deux mots : humilité et boulot. Il y a un constat lucide mais aucune inquiétude. À nous de bien débriefer pour se remettre la tête bien d’aplomb et avancer simplement et ensemble. Ce soir, on n’a pas été invités. Point. On ne va pas tourner autour du pot. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?