Coupe du monde féminines : les Anglaises sereines, les Françaises à l’affût

  • Les Françaises de Laure Sansus et Charlotte Escudero vont entrer en lice ce samedi contre les Sud-Africaines. Photos Icon Sport
    Les Françaises de Laure Sansus et Charlotte Escudero vont entrer en lice ce samedi contre les Sud-Africaines. Photos Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La compétition planétaire débute cette semaine. L’occasion de faire le point sur les nations les plus ambitieuses sur la ligne de départ, ainsi que sur celles capables de créer la surprise.

Pays hôte ayant remporté cinq des huit éditions de la Coupe du monde, dont cinq des six dernières, on pourrait croire que la Nouvelle-Zélande est naturellement favorite à sa propre succession. Seulement voilà, les Black Ferns sont deuxième au classement World Rugby, et la domination des numéros 1 mondiales anglaises est incontestable avant cette compétition : vingt-cinq victoires consécutives, un record, forcément. Dans cette série, on y retrouve les grands chelems 2021 et 2022, huit succès contre la France et deux contre la Nouvelle-Zélande. Une série avec onze victoires par plus de cinquante points d’écart. Les Red Roses semblent intouchables ! Un pack surpuissant qui boxe dans une catégorie de poids supérieur à ces adversaires. Une science du maul poussée à son paroxysme, qui sanctionne chaque faute adverse par un schéma simple : penaltouche puis pénalité, essai ou essai de pénalité. Derrière, on y retrouve le meilleur pied du monde, le plus long et le plus précis à la fois : celui de la centre Emily Scarratt. Ça suffit déjà amplement.

La France en embuscade

Cocorico, la nation qui a été la plus proche de faire tomber l’Angleterre ces dernières années, c’est la France. Avant que la pagaille ne s’empare du staff ces derniers mois, les Bleues étaient proches de l’exploit au printemps 2021, avec une défaite de quarte points seulement en finale du Tournoi (10-6) et, surtout, la semaine suivante, dans une rencontre amicale retour, entérinée 15 à 17 quand le Stadium de Villeneuve-d’Ascq s’était éteint. Officiellement quatrième nation mondiale, nos "Humbles et Affamées", sans chauvinisme, semblent les plus proches de l’Angleterre. Ce classement est notamment plombé par ces huit oppositions contre nos voisines durant la pandémie, quand les nations ne sortaient plus de leur continent. Si, ces derniers mois, la France a semblé prendre du retard, elle fait partie des rares nations à avoir le potentiel pour le combler. Mais la dernière nation à avoir battu l’Angleterre, c’est la Nouvelle-Zélande. Il est évident que les confinements n’ont pas aidé les nations du Pacifique. À la sortie de ceux-ci, les Black Ferns ont réalisé une tournée en Europe soldée par quatre défaites contre la France et l’Angleterre, toutes par au moins vingt points d’écart. Depuis, elles ont retrouvé leur standing, avec six victoires consécutives. Une équipe intimidante, agressive, souvent un peu trop, qui deviendra dangereuse lorsqu’elle réglera son problème de discipline.

Canada, Fidji et italie peuvent rêver

Derrière ce trio, on retrouve des nations plus irrégulières mais capables de tendre des pièges et parfois de les refermer. Les Canadiennes, numéros 3 mondiales, ont terminé deuxième du Pacific Four Series cet été, juste derrière la Nouvelle-Zélande. On y trouve dans ses rangs une poignée de joueuses passées par la France, comme la Bordelaise Karen Paquin, athlète redoutable, troisième ligne plaqueuse acharnée, à qui il ne faut pas laisser cinq mètres d’avance. On se méfiera, comme toujours, des Fidji. En quelques mois seulement, leur sélection à VII est passé de nation du Tier 3 à médaillé olympique. Leur jeu est en plein développement mais seront-elles capable de le produire à XV ? Enfin, l’Italie, avec ces deux championnes de France 2021 (les Romagnatoises Sgorbini et Tounesi) et une championne en titre (la Toulousaine Fedrighi) viennent de battre la France en préparation. Entendons-nous, ces trois dernières nations peuvent surprendre une équipe, pour remporter le titre il faudra le faire trois fois. Et là, c’est une autre histoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste BARBAT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?