EXCLUSIF - Hans-Peter Wild : « On a injecté des tonnes d’argent et on n’a rien gagné »

  • Hans-Peter Wild (Stade Français).
    Hans-Peter Wild (Stade Français). Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Dès mercredi, Hans-Peter Wild, revenu en urgence au chevet de son club, a accepté de rencontrer Midi olympique, à l’origine de la divulgation de la probable arrivée de Laurent Labit et Karim Ghezal. Samedi en tout début d’après-midi, il nous a accordé une heure d’entretien à bâtons rompus.

Comment avez-vous réagi lorsque vous avez appris, dans Midi Olympique dimanche soir, que Laurent Labit et Karim Ghezal s’engageraient au Stade français d’ici quelques semaines ?

Je m’en fous. Je ferme ma gueule. Vous écrivez ce que vous voulez. Moi, j’ai d’autres choses à faire que de commenter des spéculations.

Avez-vous craint que cette annonce puisse déstabiliser l’équipe ?

Non. […] Je suis venu à Jean Bouin il y a quelques jours. J’ai rencontré Gonzalo Quesada, Thomas Lombard, Morgan Parra, Paul Gustard et Kobus Potgieter (entraîneur adjoint, N.D.L.R.) pour clarifier les choses. Puis, je suis reparti.

Que leur avez-vous dit ou qu’avez-vous appris ?

Gonzalo reste à la barre jusqu’à la fin de la saison et ensuite, il quittera le club. Nous sommes tombés d’accord là-dessus. Si Laurent Labit et Karim Ghezal s’engagent alors avec nous, j’en serais ravi parce que ce sera une manière d’élever le niveau de professionnalisme du Stade français. Qu’avons-nous accompli en cinq ans ? (il répond en français) « Pas beaucoup... » On a injecté des tonnes d’argent et on n’a rien gagné.

En avez-vous tiré un enseignement ?

Oui : on ne peut pas acheter le succès, ce n’est pas possible. Le rugby est une dynamique de groupe. Quand Heyneke Meyer a signé chez nous, il m’a dit : « les joueurs jouent pour leur coach ». Les joueurs actuels jouent aussi pour Gonzalo et ils l’ont d’ailleurs prouvé samedi contre Perpignan. […] Gonzalo Quesada sait mieux que moi quels joueurs il doit sélectionner. C’est sa décision. Il l’a prise avec ses tripes, avec sa sensibilité.

Dès lors ?

Tout ça pour dire que l’entretien avec Gonzalo s’est bien déroulé la semaine dernière et que dans la foulée, Morgan Parra m’a dit : « des joueurs professionnels ne lâcheront jamais ce pourquoi ils sont là : ils joueront au rugby et défendront le maillot, leur employeur. Voilà tout ». Le reste, c’est du blablabla…

Vraiment ?

Oui ! Il y a quelques années, j’ai rencontré plusieurs anciens joueurs du club au Bristol (l’hôtel où il loge lors de ses passages à Paris, N.DL.R.). Ils m’ont dit : « On ne s’en fout pas du coach. Mais c’est nous qui menons le jeu. » Ils ont raison. […] Quand Je suis arrivé en 2017, on s’est trompé. Fabien Grobon (l’ancien DG) ne connaissait rien. Hubert Patricot, mon ami de toujours, était à peine plus au courant, même s’il était d’un tout autre niveau. Le problème, c’est qu’il n’était pas souvent là. Ils l’appelaient « le fantôme », au club. Qu’a-t-on fait, à l’époque ?

Rien…

Voilà. Heyneke ne parlait pas français ; il avait un traducteur. Thomas Lombard m’a alors dit de recruter Gonzalo Quesada, un mec très intelligent et que j’adore. Ces deux-là ont bossé ensemble mais ils ont aussi connu des frictions quand les résultats n’étaient pas au rendez-vous. Selon Gonzalo Thomas Lombard s’investissait trop dans le sportif et pour lui ce n’était pas son rôle. Mais leurs relations se sont améliorées ces derniers temps. Ils échangent d’avantage. Mais bon…

Quoi ?

Rien ne s’est passé de meilleur. On a eu un meeting « à la française » au printemps dernier. On a beaucoup parlé mais ça n’a mené à rien. Je dis « à la française » parce qu’on devait aller de A à B mais au lieu de ça, on est passé par C, D, G, Z. On n’est jamais arrivé au B mais on est parti manger tous ensemble... Voilà… A la française, quoi… (il soupire) Quand on dit quelque chose, dans le monde du business, je considère que c’est acquis. Au rugby, ce n’est jamais le cas.

Gonzalo Quesada vous a-t-il alors demandé d’avoir l’entière responsabilité du secteur sportif ?

Oui. Et j’étais d’accord sur ce point. Il était le coach et devait décider en toute liberté.En parallèle un travail de fond a été mené pour redynamiser la formation et nous sortons à nouveau des joueurs internationaux chez les jeunes qui dès aujourd’hui peuvent intégrer l’effectif professionnel. Avant, il n’y avait aucune osmose entre les pros et le centre de formation, duquel huit joueurs sont récemment sortis.

Avez-vous le sentiment que les choses avancent ?

J’ai récemment lu que le Stade français était sous respirateur artificiel. C’est plutôt juste. Sous Max (Guazzini, N.DL.R.), c’était la fête, ils remplissaient des stades mais ils n’étaient pas professionnels. Puis Thomas Savare a donné un peu d’argent mais n’a pas professionnalisé le club. Nous tentons de le faire, même si nous ne gagnons pas encore. Peut-être avons-nous installés les joueurs dans trop de confort…

C’est à dire ?

Les joueurs sont bien payés quoi qu’il se passe sur le terrain et s’il y a le moindre déficit, le propriétaire (lui, N.DL.R.) le comblera. Quel monde merveilleux, n’est-ce pas ?

Gonzalo Quesada est sous contrat jusqu’en 2024. Comment allez-vous procéder pour l’écarter à la fin de cette saison ?

Il sera payé jusqu’en 2024, c’est aussi simple que ça. Et il deviendra probablement un entraîneur national.

Ne pensez-vous pas que Gonzalo Quesada soit démobilisé , dans ces conditions ?

Non. Je lui fais confiance. (il marque une pause) Gonzalo Quesada connaît mieux le rugby que moi. Je vous répète que les joueurs le suivent.

Dès lors, pourquoi avez-vous prolongé d’une saison les contrats de Gonzalo, Julien Arias et Laurent Sempere avant le début de cette saison ?

Pour aligner tous les coachs sur une même durée. Ensuite opportunité d’avoir Laurent Labit et Karim Ghezal s’est présentée. Ce sont deux super coachs et s’ils nous rejoignent, j’en serais très heureux.

Il n’y a aucune raison que Laurent Labit et Karim Ghezal ne viennent pas : votre projet leur plaît, leurs profils vous plaisent…

Nous devons régler de nombreux détails encore et le focus doit rester sur la coupe du monde de rugby qui arrive.

Qu’adviendra-t-il de Laurent Sempere et Julien Arias ?

Si une nouvelle direction sportive arrive, des discussions interviendront pour construire un staff. Je suis très reconnaissant envers Laurent et Julien, qui nous ont beaucoup aidé lorsque le club était en eaux troubles, après le départ de Heyneke Meyer. […] Ne vous inquiétez pas je n’ai pas pour habitude de maltraiter les gens. « Il n’y aura pas de soucis ».

Idem pour Paul Gustard et Kobus Potgieter ?

Oui. Mais laissez nous le temps de faire les choses dans l’ordre. Rien n’est encore signé, je vous rappelle. Laurent Labit et Karim Ghezal doivent d’abord gagner la Coupe du monde. C’est une immense responsabilité pour eux. Ne les embêtons pas avec ce genre de choses…

Selon nos informations, Gonzalo Quesada a semble-t-il perdu la confiance d’une partie de son vestiaire. Qu’en savez-vous ?

Vous avez tort. Il a peut-être perdu les joueurs qui ne sont pas titulaires. Mais c’est pareil dans tous les clubs du monde… Ceux qui ne jouent pas sont déçus . […] Moi, je crois que nous avons une bonne équipe et allons le montrer.

Pensez-vous que les joueurs puissent réellement être honnêtes avec vous ? Vous êtes leur patron, après tout…

Je ne parle pas beaucoup avec eux. Je leur demande si tout va bien quand je les croise ; je regarde s’ils sont affûtés ou pas, trop gros ou pas… J’observe les attitudes au vestiaire et dans les moments que je peux passer auprès de l’équipe. Les joueurs s’expriment avant tout sur le terrain, au travers des performances qu’ils doivent réaliser lorsqu’ils ont la chance de porter le maillot du club

Etes-vous satisfait du recrutement, ces dernières années ?

Globalement, oui. Les gens qui sont arrivés ont le bon état d’esprit. Je suis fier du comportement et du caractère de ces joueurs. Avant, nous avons du faire face à beaucoup de merde, pardonnez moi l’expression, dans le club. […] Mais pour tout dire, je suis quand même très fâché en revanche que nous ayons perdu le seul joueur allemand que nous avions au club (Oskar Rixen). Il est parti à Brive et fait des bons matchs, là-bas ! Mais je n’en savais rien, quand il est parti.

Paul Alo-Emile sera encore absent durant de longs mois en raison d’une grave dépression. Qu’allez-vous faire ?

Nous pouvons recruter un joker. Mais nous avons surtout besoin d’aider Paul au quotidien. […] C’est un cas médical. L’hôpital n’est pas autorisé à nous dire beaucoup de choses à propos de Paul Alo-Emile et nous respectons cela.

Libérerez-vous paul Alo-Emile de son contrat s’il vous le demande ?

Je ne sais pas. Mais avant d’envisager une issue aussi extrême nous ferons tout pour qu’il aille mieux.

Qu’avez-vous appris en cinq ans de présidence ?

C’est un job difficile… Je ne comprenais pas le rugby, au départ. Je n’en comprenais pas la dynamique. Mais j’ai appris, désormais. […] Je sais qu’aucun propriétaire de club n’est jamais totalement heureux. Récemment, je suis allé voir mon ami le président du club d’Hoffenheim. Il a mis des centaines de millions d’euros dans le club et Hoffenheim a ce jour-là perdu contre un promu. Mon ami était fou de colère après le match. Il en voulait à son coach : « Pourquoi n’a-t-il pas fait jouer untel ? Ou untel ? » Le coach a raison quand il gagne et tort quand il perd. C’est aussi simple que ça.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Propos recueillis par Arnaud BEURDELEY et Marc DUZAN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?