Gérer Dupont, c'est aussi ça : l'opinion du Midol de Toulouse - Clermont

  • Antoine Dupont a inscrit le premier essai de la rencontre face à Clermont le 8 octobre 2022
    Antoine Dupont a inscrit le premier essai de la rencontre face à Clermont le 8 octobre 2022 Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Vendredi, en conférence de presse, le manager du Stade toulousain Ugo Mola avait ainsi répondu à la question qui portait sur l'équipe supposée de doublons qui s'était imposée à Montpellier, cinq jours plus tôt : "En gros, quand il y a Antoine Dupont sur le terrain, c'est une équipe qui est compétitive ; quand il n'est pas là, ce n'est pas le cas. Certes, Antoine nous permet d'être bien meilleurs et c'est une réalité. Pour autant, ce qu'il faut retenir du match de Montpellier, c'est qu'on a un groupe compact et c'est important pour les échéances qui sont les nôtres." Evidemment, sa formation est dépendante de Dupont et le dire est une simple "lapalissade". Comment ne le serait-elle pas ? En football, l'Argentine est meilleure avec Messi, la France l'était avec Zidane et le Portugal le fut avec Cristiano Ronaldo. Nul besoin de s'épancher des heures sur le sujet. Tout le monde comprendra aisément que le meilleur joueur du monde a toujours une influence immense sur les performances des siens. Et c'est vrai, aussi, pour le XV de France aujourd'hui qui était, qui est et qui sera plus impressionnante lorsqu'Antoine Dupont se trouvera la pelouse. Toujours est-il que Mola doit gérer un effectif dans son ensemble et que la saison dernière lui a montré - comme à tout le staff toulousain qui a procédé à une large remise en question à la fin du précédent exercice - qu'il doit aussi être plus efficace sans ses internationaux et sans son incroyable demi de mêlée, puisque le rugby est ce sport où les périodes de doublons privent les clubs de certains de leurs joueurs (les meilleurs accessoirement) durant de longues semaines. La vie continue sans les Bleus (ce sera bientôt le cas pour ce qui est du cru 2022-2023) et Mola n'avait pas caché, cet été, vouloir mieux l'anticiper. Il l'a fait en se passant du fameux Dupont sur le terrain du champion de France en titre, aussi pour lui permettre de se reposer, sans que cela n'empêche ses hommes de l'emporter. Il l'a quelque part renouvelé en le faisant sortir (sous une ovation méritée pour son chouchou de la part d'Ernest-Wallon) à la 71e minute samedi soir, alors que le bonus offensif était encore loin d'être assuré, quand l'intéressé a souvent l'habitude de demeurer jusqu'au bout d'une rencontre majeure. En agissant ainsi, le staff toulousain a aussi envoyé un message au reste du groupe, lequel a répondu en allant inscrire deux nouveaux essais sans son joyau. Et ça, même si Dupont sera unique tant qu'il foulera un terrain de rugby, c'est aussi une victoire pour le Stade toulousain.

 
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?