La troisième ligne de l'Union Bordeaux-Bègles en chantier

  • Top 14 - La troisième ligne de l'UBB en chantier
    Top 14 - La troisième ligne de l'UBB en chantier Icon Sport
Publié le

Une petite épidémie de blessures a frappé la troisième ligne de l’UBB. Il faudra faire avec.

Mercredi au Stade André Moga, on a fait connaissance avec le visage du nouveau numéro 8 Renato Giammaroli Mais l’international italien ne pourra pas jouer à Lyon, il est encore officiellement sous contrat avec Worcester. Christophe Urios ne comptait pas sur lui pour Lyon, même s’il est prêt physiquement.

Le cas illustre le chantier que constitue la troisième ligne de l’UBB. « Oui, on n’avait pas beaucoup de joueurs et on a perdu coup sur coup trois éléments » a commenté Christophe Urios. La série a commencé par la blessure de Guido Petti, touché à un genou avec les Pumas. Et l’Argentin était attendu pour son efficacité dans les airs : « Il ne vous a pas échappé qu’on a perdu des joueurs (Woki et Roumat, N.D.L.R.) qui étaient plutôt à l’aise en touche, avait dit le manager la semaine passée, et on savait que Guido allait pouvoir combler cette difficulté », avait expliqué Christophe Urios sur le moment.

Contre le Stade Français, les Bordelais ont dû se passer des services de Atoine Miquel blessé à une épaule la veille de la rencontre. Dommage pour l’ancien Toulousain, plutôt convaincant depuis son arrivée de Toulouse. Fatalité, le prometteur Jean-Baptiste Lachaise qui avait enfin l’occasion de montrer ce qu’il savait faire, s’est lui aussi blessé au bout de quatre minutes (déchirure à un ischio). On rappelle aussi qu’un autre sérieux espoir Pierre Bochaton est encore trop juste : « Il a trente minutes d’entraînement dans les jambes, il sera prêt en août 2025 à ce rythme », a ironisé le manager.

Christophe Urios a fait face à cette irruption de pépins sans se laisser démoraliser : « On est habitués, même si c’est embêtant dans la rotation des joueurs. Mais ce n’est pas le retour du spectre de l’an passé. Nous avons identifié les causes… Ce groupe n’est pas facile à entraîner car il met beaucoup d’intensité dans ce qu’il fait. Il faut freiner les joueurs. On a fait des semaines "hautes" et on n’a pas abordé les matchs de Bayonne et du Stade français assez frais. »

Des jokers en plus ?

Les Bordelais ont allégé le programme cette semaine se sont donc organisés en conséquence pour réussir un coup à Lyon et lancer une dynamique. Christophe Urios estimait que la défense serait la clé d’une rencontre face à un adversaire très très offensif. On aura a priori l’occasion de bien observer le jeu de Caleb Timu, un bon porteur de ballons, mais pas dans un style frontal, contrairement à ce qu’on croyait.

On mesurera aussi l’envergure de Bastien Vergnes-Taillefer pour sa deuxième saison en Gironde. Il a une vraie carte à jouer pour devenir un cadre de l’équipe. « Il a été embêté par son genou, puis par une entorse aux cervicales. Un joueur complet, un combattant, un travailleur capable de taper offensivement dans les joueurs adverses et de trouver des espaces. Il est un peu comme l’équipe, il faut qu’il lance sa saison. » De plus, a prirori, le numéro 8 italien Renato Giammaroli ne sera pas le dernier "joueur supplémentaire" recruté par l’UBB. Christophe urios a annoncé de nouvelles arrivées : « Allez voir à la gare Saint-Jean », a déclaré Christophe Urios. Par boutade, un observateur imagina même qu’en cas de blessure de dernière minute d’un flanker (Diaby ou Vergnes-Taillefer) , le centre Rémi Lamerat pourrait dépanner en troisième ligne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?