Pro D2 - Un ballon d’air pour Nevers

  • Pro D2 - En marquant un essai, Christiaan Erasmus a été un artisan fiable du succès neversois contre Rouen
    Pro D2 - En marquant un essai, Christiaan Erasmus a été un artisan fiable du succès neversois contre Rouen Icon Sport - Hugo Pfeiffer
Publié le

Longtemps accroché par Rouen, Nevers signe une victoire enfin nette grâce à une défense proche du zéro déchet et des ambitions offensives récompensées.

Vainqueur sans brio des promus Soyaux-Angoulême (20-18) et Massy sur ses terres (16-15), Nevers misait sur la réception de Rouen pour savourer un succès dépollué de sueur froide. Un doux crépuscule d’été indien, un Pré-Fleuri passant enfin la barre des 6 000 spectateurs : les planètes s’alignent pour favoriser des ambitions offensives que la rosée tombant dès l’échauffement ne contrarie pas.

De charges dans l’axe en passes à plat dans l’intervalle, de mouvements amples jusqu’aux ailes en échappées autour des rucks, Rudy Derrieux et ses coéquipiers multiplient les angles de pression sur une défense normande sauvée le plus souvent par des maladresses dans la finition. À 11-10 à la pause, grâce à un essai du fulgurant Erasmus répondant du tac au tac à son alter ego Paul Surano, les Neversois peuvent s’estimer mal payés de leur débauche d’énergie.

"C’est encourageant"

"On a fait une très belle première mi-temps, sans doute la meilleure depuis le début de saison, même s’il nous manque un ou deux essais", salue le manager Xavier Péméja. "On n’a pas été dans la retenue, on a été plus entreprenants que d’habitude. On a mis de la vitesse, on a trouvé des espaces, c’est encourageant." Le talonneur Issam Hamel confirme : "On voulait commencer fort mais on n’a pas réussi à tuer le match. On avait envie de jouer, on a peut-être un peu surjoué." Dès le retour des vestiaires, l’essai de Lucas Blanc s’arrachant d’une défense engourdie desserre un peu le col des Usonistes, avant qu’une pénalité du métronome sud-africain Shaun Reynolds (17 points à 6/7) n’éloigne les Rouennais à onze points avec une demi-heure à jouer. Le second essai des hommes de Godignon, profitant d’une sortie de camp mal négociée, remet une louche de suspense mais la fatigue fait son œuvre et deux dernières pénalités de l’ouvreur neversois redonnent au score une ampleur qui frustre l’entraîneur des trois-quarts de Rouen, Renaud Dulin : "Sur la fin, on manque de lucidité. Un bonus défensif nous aurait récompensés de nos efforts. Contrairement à la saison dernière (55-15), cette fois on s’est accrochés." Son capitaine, Fabien Vincent, peste contre "le très mauvais début de seconde mi-temps qui (les) met dedans" et le manque de pragmatisme des siens : "On a des temps forts sur lesquels on doit marquer. En face, ils scorent très vite, alors qu’il nous faut dix minutes (sic) pour marquer un essai." Après les trois succès initiaux, cette troisième défaite consécutive donnera quelques maux de tête avant la réception à hauts risques de Mont-de-Marsan, jeudi soir. Côté nivernais, le déplacement à Colomiers se préparera avec un peu plus de repères, une confiance rhabillée et le point noir de l’indiscipline expurgé pour un soir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien CHABARD
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?