Pro D2 - Vannes leader : la fête au village !

  • Pro D2 - Impeccable dans l'animation, Maxime Lafage est l'un des hommes forts de ce RC Vannes qui prend la tête du Pro D2.
    Pro D2 - Impeccable dans l'animation, Maxime Lafage est l'un des hommes forts de ce RC Vannes qui prend la tête du Pro D2. Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Vannes leader après six journées de compétition, voilà bien une surprise. Un statut que le RCV a justifié vendredi soir face à une équipe de Grenoble encore trop indisciplinée.

Le RC Vannes est en joie. Joie d’une victoire qui ne discute pas face à Grenoble, joie d’un public venu encore en nombre et en cœur vibrer aux performances d’un ensemble qui séduit et donne du bonheur. Ils étaient 8 000 encore (guichets fermés) vendredi soir dernier à applaudir aux cadrages débordements, aux combats rageurs dans les zones de ruck et dans les inspirations dans le jeu au large.

Que le RCV ait mené 17 à 10 à la pause, reflétait assez bien la physionomie d’une première partie à l’avantage des Bretons, ponctuée de deux essais de Bazin et Hulleu. "Nous avons été trop apathiques lors des vingt premières minutes", confessait Fabien Gengenbacher le manager isérois. Il savait pour tant que le RCV démarrait pied au plancher. "Nous avons perdu tous nos duels, que ce soit sur les collisions défensives et sur les ballons aériens", ajoutait ce dernier.

Le tournant du match

Revenu à sept points après en avoir concédé quatorze, le FC Grenoble sur la fin de la période initiale "avec un essai qui nous laisse dans le bras de fer" (dixit F. Gengenbacher) et en début de seconde période, avait réussi à relever le défi notamment au niveau de l’intensité. Mais le tournant du match s’est bien situé juste après la reprise, alors que Dupont dans l’en-but, se faisait chiper le ballon par Hulleu. "C’est un fait important, car il peut nous permettre de revenir à égalité." Cette action aux yeux du manager isérois "fait basculer le match". Sans oublier une pénalité qui aurait peut-être permis aux Grenoblois en infériorité numérique (carton B. Ezcurra 54e) de réduire la marque (58e), au lieu d’une pénal-touche sans suite.

Indiscipline chronique

Les desseins du RCV furent ensuite favorisés en raison des indisciplines grenobloises. "Cette indiscipline et nos pertes de balles ont débouché sur des pénalités alors même que nous n’avions pas réussi à nous rapprocher au score. L’indiscipline est aujourd’hui notre gros point noir. Il faut arriver à faire la différence entre s’engager, mettre de l’agressivité et garder la maîtrise nécessaire pour être dans les clous au niveau des règlements, car cela reste très handicapant comme ce soir contre Vannes", concluait Fabien Gengenbacher. Sur ce plan aussi, le RC Vannes a fait de gros progrès.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?